MAP Le Maroc, un partenaire de référence pour l’Andalousie (président du gouvernement andalou) GNA ‘Karela players are aiming at historical achievement’ – Alagidede ACI LA MAIRIE DE BACONGO ORGANISE «UN VILLAGE RÉCRÉATION » EN JUILLET PROCHAIN ACI CONGO: NÉCESSITE DE CRÉER LE TITRE HONORIS CAUSA A UNIVERSITÉ MARIEN NGOUABI GNA Togbe Afede to bury mother June 29 GNA Petroleum Commission secures training for Ghanaian students in Canada GNA NDC Activist calls for fairness in employment opportunities GNA Government releases new Tertiary Education Policy Reforms ACI CONGO: L’OMS ANNONCE UN NOUVEAU CLASSEMENT POUR LA PREMIÈRE ANALYSE DE HÉPATITE B-C ACI REPRISE DES TRAVAUX PRELIMINAIRES POUR LA CONSTRUCTION D’UN PONT SUR LE FLEUVE NIARI

Des universitaires sénégalais appellent à subordonner l’offre touristique à la demande culturelle


+++De l’envoyée spéciale de l’APS : Fatou Kiné Sène+++

Dakar, 23 déc 2017 – (APS) – Les professeurs Hamady Bocoum et Ibrahima Wane ont appelé, samedi à Louga, en marge de la 10e édition du festival national des arts et cultures (Fesnac), à subordonner l’offre touristique à la demande culturelle.

Selon Hamady Bocoum, directeur général du Musée des civilisations noires, « les sites et monuments culturels dont certains sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, sont des produits d’appel importants pour le tourisme ».

M. Bocoum qui intervenait lors du colloque du Fesnac sur « la culture et l’émergence des territoires » a fait remarquer que « le tourisme est moribond malgré les efforts de l’Etat, nous avons un tourisme saisonnier ».

Le directeur général du Musée des civilisations noires propose des circuits touristiques à travers les sites du patrimoine matériel du Sénégal à offrir aux tours opérators.

« Ce sera un circuit de découverte de Dakar et ses régions allant de la géologie de la presqu’île du Cap-vert vers les Aéropostales à Saint-Louis en passant par les pays Bassari, le kankourang à Ziguinchor et Mbour, et aussi l’île Carabane, le Delta du Saloum, etc. », a-t-il expliqué.

Pour M. Bocoum, les acteurs, les élus locaux et l’administration doivent y travailler.

Le professeur Ibrahima Wane de la faculté de Lettres et Sciences humaines de l’UCAD a lui appelé à « réveiller » le patrimoine immatériel comme les « fanals », les « kassak », etc.

« Il faut mettre en valeur les figures incarnant le patrimoine immatériel comme Kocc Barma, Samba Diabaré Samb, etc. », a-t-il souligné.

Mais Ibrahima Wane a également insisté sur « la transmission de ce savoir ».

Pour sa part, le gouverneur de Louga, Alioune Badara Mbengue a invité les détenteurs du savoir traditionnel à « écrire pour facilité cette transmission du savoir ».
FKS/PON

Dans la même catégorie