AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Cartographie des risques: les agents de l’AIP exhortés a s’approprier les outils de contrôle interne AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Football: La liste des 26 Eléphants pour les matchs amicaux contre la Belgique et le Japon AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Une maison en construction s’effondre à Abidjan: un mort, selon les secours AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Remise officielle des dons du couple présidentiel aux populations de Bonon ANG Covid-19/”Usar máscara é tão importante como haver uma vacina”, diz director do África CDC ANG Presidentes da Guiné-Bissau e do Níger defendem necessidade de reforço das relações cooperação entre os dois países ANG Presidente da República considera de “grande importância” a visita do seu homólogo nigerino ANG Comunicação Social/Radiodifusão Nacional já está em condições de cobrir todo o país GNA First Lady courts voters in Adentan Constituency GNA EC re-opens registration exercise

Deuxième session ordinaire du CESE : René Ndémezo’Obiang invite le gouvernement à œuvrer pour un retour très rapide à la vie normale


  1 Septembre      4        Politique (11498),

   

Libreville, 1er Septembre (AGP) – Le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), René Ndémezo’Obiang a invité ce mardi à Libreville, le Gouvernement à travailler dans le sens de permettre le retour à la vie normale du pays et des populations, touchées par la crise économique et sociale, répercussion de la crise sanitaire relative à la pandémie de la Covid-19. C’était à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la deuxième session ordinaire de cette institution qui s’est déroulée en présence des Conseillers de la République, des autres présidents des institutions constitutionnelles, du Gouvernement et du représentant du Corps diplomatique.

«Nous vous invitons à œuvrer sans relâche pour un retour très rapide à une vie normale», a déclaré le président du Conseil économique, social et environnemental, à l’endroit du Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda qu’accompagnaient l’ensemble des membres du Gouvernent.

Dans cette optique, il a appelé le chef du Gouvernement et son équipe, à la recherche des voies et moyens, non seulement pour relancer l’économie gabonaise, mais également pour répondre favorablement aux aspirations des populations.

«Nous vous invitons à poursuivre inlassablement les efforts que vous avez entrepris et à rechercher de nouvelles pistes à mettre en œuvre pour relancer l’économie et répondre aux attentes manifestes des populations», a-t-il poursuivi.

Le CESE pense que la mise en œuvre de ces invites pourrait permettre au Gouvernement de remédier la crise économique et sociale qui continue d’affecter douloureusement le pays, l’Etat, les entreprises, et les populations. Une situation consécutive à la crise sanitaire que connaissent le Gabon en particulier et le monde entier en général, à cause de la pandémie de la Covid-19.

C’est donc pour coller à cette logique que la thématique retenue de cette session, dont les travaux dureront 21 jours, est : «Comment concilier les impératifs de sécurité alimentaire et de sécurité sanitaire face à la pandémie de la Covid-19 ?».

Le président du CESE a justifié cette thématique par le fait que les mesures prises par le Gouvernement en faveur des ménages notamment, la création d’un fonds d’aide d’un montant de 5 milliards de F CFA dédié à la banque alimentaire, n’a pas connu le succès escompté. Ce, a-t-il poursuivi, au regard de la non satisfaction des populations, ainsi que de la qualité et la quantité des denrées alimentaires reçues, jugées très insuffisantes pour couvrir leurs besoins durant toute la durée de l’état d’urgence.

Autre justificatif évoqué par René Ndémezo’Obiang, est le fait que le Gabon exporte des produits qu’il ne consomme pas et importe des produits qu’il consomme. D’où, la pandémie de la Covid-19 et ses conséquences sur le secteur du transport ont entrainé des dysfonctionnements dans la chaîne logistique qui donnent une idée des menaces qui pèsent sur la sécurité alimentaire du Gabon largement dépendante des importations, a-t-il dit.

Le CESE s’interroge, une fois de plus, sur la nécessité voire l’urgence de repenser la politique agricole du pays. En d’autres termes, comment asseoir une politique agricole efficace en période de crise sanitaire consécutive à la pandémie de la Covid-19 ? Comment assurer la sécurité alimentaire du pays ? Et comment réduire la dépendance vis-à-vis de l’extérieur ?

Autant des questions sur lesquelles les Conseillers vont se pencher pour formuler des avis à l’endroit du Gouvernement.

Rappelons que la tenue de cette deuxième session est conforme à la Constitution. Celle-ci dispose, dans son article 99, que le Conseil économique, social et environnemental se réunit chaque année, de plein droit, en deux sessions ordinaires de 21 jours chacune. La première session s’ouvre le troisième mardi du mois de février et la seconde, le premier mardi du mois de septembre.

Dans la même catégorie