ABP Plus d’un million de francs CFA offerts pour la réalisation d’un ouvrage de franchissement dans la ville de Djougou ABP Le Mouvement « le Réveil » réitère son soutien au PAG de Patrice Talon ABP Les enfants de zéro à quatorze ans du Couffo bientôt vaccinés contre la rougeole et la rubéole MAP Le Groupe BMCE Bank Of Africa lance officiellement sa nouvelle filiale OGS AGP Gabon: L’US approuve la reconduction de Moukagni Iwangou au gouvernement AIP Côte d’Ivoire / Des ouvrages scolaires offerts au collège moderne de Dembasso AIP Côte d’Ivoire/ Les résultats du championnat national de volleyball AIP Côte d’Ivoire/ Des paysans veulent réduire les feux de brousse à Oumé ATOP LA JEUNE CHAMBRE INTERNATIONALE /SECTION TOGO A EFFECTUE SA RENTREE SOLENNELLE ATOP APPUI AUX FEMMES ENTREPRENEURES AFRICAINES : LE PROJET « PLATEFORME 50 MILLIONS DE FEMMES AFRICAINES ONT LA PAROLE » LANCE

Difficultés d’application du système de sécurisation numérique des titres immobiliers en RDC


  27 Avril      36        Téchnologie (882),

   

Kinshasa, 27 avril 2017(ACP)- Le système de sécurisation numérique des titres immobiliers lancé depuis bientôt une année par le gouvernement, rencontre des difficultés dans son application par les services du ministère des Affaires foncières, a affirmé jeudi à l’ACP, un groupe des cadres de cette administration foncière lors d’une rencontre avec un journaliste de l’ACP.
Pour l’ingénieur Boni Mbiye, ces difficultés se situent au niveau du processus de délivrance des certificats d’enregistrement, précisant que le personnel technique de l’administration reproche à la firme Congo CHECK chargée de l’opération l’absence des termes de référence de fonctionnement et de la grille tarifaire des volumes fonciers.
Il a fait savoir que nombreux conservateurs des titres immobiliers en complicité avec leurs agents, continuent à délivrer les certificats d’enregistrement sans intégrer l’étape d’enregistrement numérique. Cette opération, soulignent ces agents, reste encore pour eux une démarche facultative demeure rarement appliquée.
Certains agents ont estimé que quelques paramètres d’ordre procédural devraient être fixés avant même son instauration, notamment la fixation des domaines de collaboration entre les services du cadastre et la firme chargée de la sécurisation numérique, la révision de la grille tarifaire et l’instauration d’un mécanisme efficace de canalisation des fonds à pourvoir au trésor public dans le cadre de la cogestion entre l’ entité publique et l’entité privée. M. Célestin Atisun a fait remarquer que cette démarche est en difficulté d’application par ce que les agents du cadastre entretiennent encore des actions mafieuses pour s’enrichir au détriment du trésor public. A cet effet, il a suggéré que la population soit davantage sensibilisée sur l’existence et l’importance de la sécurisation numérique foncière pour empêcher la mafia entretenue par les agents de ce secteur. ACP/FNG/Kayu/KGD

Dans la même catégorie