ABP Plus d’un million de francs CFA offerts pour la réalisation d’un ouvrage de franchissement dans la ville de Djougou ABP Le Mouvement « le Réveil » réitère son soutien au PAG de Patrice Talon ABP Les enfants de zéro à quatorze ans du Couffo bientôt vaccinés contre la rougeole et la rubéole MAP Le Groupe BMCE Bank Of Africa lance officiellement sa nouvelle filiale OGS AGP Gabon: L’US approuve la reconduction de Moukagni Iwangou au gouvernement AIP Côte d’Ivoire / Des ouvrages scolaires offerts au collège moderne de Dembasso AIP Côte d’Ivoire/ Les résultats du championnat national de volleyball AIP Côte d’Ivoire/ Des paysans veulent réduire les feux de brousse à Oumé ATOP LA JEUNE CHAMBRE INTERNATIONALE /SECTION TOGO A EFFECTUE SA RENTREE SOLENNELLE ATOP APPUI AUX FEMMES ENTREPRENEURES AFRICAINES : LE PROJET « PLATEFORME 50 MILLIONS DE FEMMES AFRICAINES ONT LA PAROLE » LANCE

Diourbel: une journée d’animation scientifique pour vulgariser le cadre de la biosécurité


Dakar, 5 juil (APS) – Une journée d’animation scientifique a réuni jeudi autour de l’adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives de Diourbel Cheikh Ahmed Tidiane Thiaw, différents acteurs pour évoquer le cadre de vulgarisation du dispositif juridique et institutionnel de la biosécurité.

Par cette journée d’animation scientifique, l’initiatrice, l’Autorité nationale de biosécurité (ANB), cherche à vulgariser le projet de loi portant sur la biosécurité, qui a pour vocation d’abroger et de remplacer la Loi n° 2009-27 du 8 juillet 2009 portant sur la biosécurité.

Boniface Cacheu, juriste au ministère de l’Environnement et du Développement durable, estime que  »les organismes génétiquement modifiés (OGM), la biotechnologie de façon générale, révolutionnent la capacité de l’homme à transformer le vivant ».

 »Depuis des temps immémoriaux, a rappelé le juriste, nos ancêtres faisaient la fertilisation croisée, l’amélioration sélective, mais là, on restait dans le monde d’une manipulation mineure du vivant.  »

Aujourd’hui, le bouleversement est tel que  »vous pouvez prendre le germe d’un poisson et l’insérer dans une tomate, et franchir ainsi la barrière entre les espèces », fait-il observer. Ainsi,  »du fait de l’évolution de cette biotechnologie, l’homme n’a de limites que celles qu’il veut bien se fixer », a-t-il soutenu.

A propos du cadre juridique, le Dr Lamine Kâne, point focal national du protocole de Carthagène a indiqué que le cadre sénégalais est en chantier, avec un projet de loi qui va modifier la loi de 2009.

L’adjoint au gouverneur de la région de Diourbel, chargé des affaires administratives Cheikh Ahmed Tidiane Thiaw, a abondé dans le même sens, insistant sur la perception généralement négative des OGM, qui suscitent beaucoup d’appréhensions et de préjugés, notamment sur leurs valeurs nutritives et leurs effets sur la santé.

Selon lui, l’organisation de cette journée d’animation a été particulièrement bénéfique pour ses participants.  »Beaucoup d’appréhensions, dit-il, ont été levées et beaucoup de craintes ont été neutralisées au détour des communications  », a-t-il salué.

ID/ASG/OID

Dans la même catégorie