AGP Ouverture de la 21ème réunion du Comité d’orientation d’Afritac Centre à Libreville AGP Coupe de la Ligue LINAFP : 6 clubs de D1 et 10 de D2 pour débuter Le Gabon présent à la Conférence ministérielle africaine sur l’appui de l’Union africaine (UA) au processus politique de l’ONU sur le différend régional au sujet du Sahara ACP Entretiens entre le Président Félix Tshisekedi et ses homologues du Rwanda, du Togo et de l’Ethiopie ACP Les entrepreneurs congolais apportent leur soutien au Président Félix Tshisekedi ACP Echange sur les enjeux de l’intégration des réfugiés dans les communautés d’accueil LACS/PROMOTION ET SAUVEGARDE DE LA CULTURE GUIN : DES COMPETITIONS INTER-ECOLES DE DANSES TRADITIONNELLES ET D’ART CULINAIRE ORGANISEES ATOP ORIENTATION SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE DES ELEVES :  LA JCI-TOGO ET JCI-ANEHO SOLIDARITE ONT ECHANGE AVEC  LES ELEVES DU CSPP D’ANEHO ATOP JOURNEE INTERNATIONALE DES VICTIMES DE L’ESCLAVAGE: LES JOURNALISTES EDIFIES SUR CETTE PRATIQUE INHUMAINE ANP Reconstitution des ressources du fonds mondial au centre d’un entretien du 1er ministre avec des députés UE

Diourbel: une journée d’animation scientifique pour vulgariser le cadre de la biosécurité


Dakar, 5 juil (APS) – Une journée d’animation scientifique a réuni jeudi autour de l’adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives de Diourbel Cheikh Ahmed Tidiane Thiaw, différents acteurs pour évoquer le cadre de vulgarisation du dispositif juridique et institutionnel de la biosécurité.

Par cette journée d’animation scientifique, l’initiatrice, l’Autorité nationale de biosécurité (ANB), cherche à vulgariser le projet de loi portant sur la biosécurité, qui a pour vocation d’abroger et de remplacer la Loi n° 2009-27 du 8 juillet 2009 portant sur la biosécurité.

Boniface Cacheu, juriste au ministère de l’Environnement et du Développement durable, estime que  »les organismes génétiquement modifiés (OGM), la biotechnologie de façon générale, révolutionnent la capacité de l’homme à transformer le vivant ».

 »Depuis des temps immémoriaux, a rappelé le juriste, nos ancêtres faisaient la fertilisation croisée, l’amélioration sélective, mais là, on restait dans le monde d’une manipulation mineure du vivant.  »

Aujourd’hui, le bouleversement est tel que  »vous pouvez prendre le germe d’un poisson et l’insérer dans une tomate, et franchir ainsi la barrière entre les espèces », fait-il observer. Ainsi,  »du fait de l’évolution de cette biotechnologie, l’homme n’a de limites que celles qu’il veut bien se fixer », a-t-il soutenu.

A propos du cadre juridique, le Dr Lamine Kâne, point focal national du protocole de Carthagène a indiqué que le cadre sénégalais est en chantier, avec un projet de loi qui va modifier la loi de 2009.

L’adjoint au gouverneur de la région de Diourbel, chargé des affaires administratives Cheikh Ahmed Tidiane Thiaw, a abondé dans le même sens, insistant sur la perception généralement négative des OGM, qui suscitent beaucoup d’appréhensions et de préjugés, notamment sur leurs valeurs nutritives et leurs effets sur la santé.

Selon lui, l’organisation de cette journée d’animation a été particulièrement bénéfique pour ses participants.  »Beaucoup d’appréhensions, dit-il, ont été levées et beaucoup de craintes ont été neutralisées au détour des communications  », a-t-il salué.

ID/ASG/OID

Dans la même catégorie