APS Samba Ndiobène Ka « satisfait » de l’avancement des travaux de pavage à Biscuiterie APS L’Etat et le groupe de la BAD signent deux accords de financement ANP Le Ministre du pétrole sur le chantier du pipeline Niger-Bénin dont 70% des travaux sont réalisés ANP Réunion du comité de Pilotage du suivi de la mise en œuvre de la stratégie Nationale de lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées au Niger APS Coupe du monde des clubs: Al-Hilal en finale APS Le DG de la SN-APS participe par visioconférence à un festival documentaire chinois APS La SONACOS va dégager  »10 à 13 milliards de FCFA » pour la prochaine campagne de commercialisation (DG) APS Pape Mamadou Sy rêve de signer un contrat professionnel avec un grand club MAP RDC: trois manifestants tués lors de l’attaque d’un convoi de l’ONU (MONUSCO) MAP RCA: Plus de 400 millions de dollars nécessaires pour répondre aux besoins humanitaires en 2023 (ONU)

Diourbel: une journée d’animation scientifique pour vulgariser le cadre de la biosécurité


Dakar, 5 juil (APS) – Une journée d’animation scientifique a réuni jeudi autour de l’adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives de Diourbel Cheikh Ahmed Tidiane Thiaw, différents acteurs pour évoquer le cadre de vulgarisation du dispositif juridique et institutionnel de la biosécurité.

Par cette journée d’animation scientifique, l’initiatrice, l’Autorité nationale de biosécurité (ANB), cherche à vulgariser le projet de loi portant sur la biosécurité, qui a pour vocation d’abroger et de remplacer la Loi n° 2009-27 du 8 juillet 2009 portant sur la biosécurité.

Boniface Cacheu, juriste au ministère de l’Environnement et du Développement durable, estime que  »les organismes génétiquement modifiés (OGM), la biotechnologie de façon générale, révolutionnent la capacité de l’homme à transformer le vivant ».

 »Depuis des temps immémoriaux, a rappelé le juriste, nos ancêtres faisaient la fertilisation croisée, l’amélioration sélective, mais là, on restait dans le monde d’une manipulation mineure du vivant.  »

Aujourd’hui, le bouleversement est tel que  »vous pouvez prendre le germe d’un poisson et l’insérer dans une tomate, et franchir ainsi la barrière entre les espèces », fait-il observer. Ainsi,  »du fait de l’évolution de cette biotechnologie, l’homme n’a de limites que celles qu’il veut bien se fixer », a-t-il soutenu.

A propos du cadre juridique, le Dr Lamine Kâne, point focal national du protocole de Carthagène a indiqué que le cadre sénégalais est en chantier, avec un projet de loi qui va modifier la loi de 2009.

L’adjoint au gouverneur de la région de Diourbel, chargé des affaires administratives Cheikh Ahmed Tidiane Thiaw, a abondé dans le même sens, insistant sur la perception généralement négative des OGM, qui suscitent beaucoup d’appréhensions et de préjugés, notamment sur leurs valeurs nutritives et leurs effets sur la santé.

Selon lui, l’organisation de cette journée d’animation a été particulièrement bénéfique pour ses participants.  »Beaucoup d’appréhensions, dit-il, ont été levées et beaucoup de craintes ont été neutralisées au détour des communications  », a-t-il salué.

ID/ASG/OID

Dans la même catégorie