AIP Côte d’Ivoire-AIP/ COVID-19: Cent quarante-quatre nouveaux cas enregistrés lundi APS MACKY SALL PROMET UNE RÉORIENTATION DES ALLOCATIONS BUDGÉTAIRES EN FAVEUR DE L’EMPLOI APS LE CHEF DE L’ETAT ANNONCE L’ALLÈGEMENT DU COUVRE-FEU À DAKAR ET À THIÈS APS L’ÉDITION 2021 DE LA CAN U17 ANNULÉE (MÉDIAS) APS DES FEMMES LEADERS POLITIQUES ET DE LA SOCIÉTÉ CIVILE POUR UN DIALOGUE CONSTRUCTIF APS HIÈS REÇOIT SA DEUXIÈME DOTATION DE VACCINS ANTI-COVID GNA COVID-19 Vaccination: GHS vaccinates 300,000 people within a week ANGOP COVID-19: ANGOLA DETECTA VARIANTES SUL-AFRICANA E INGLESA ANP Diffa : Forte mobilisation des femmes à la célébration de la journée du 8 mars dans la ville ANP Présidentielle au Niger : Mahamane Ousmane dépose un recours devant la Cour Constitutionnelle

ECHANGE ENTRE LE RESPONSABLE DE L’ANAC ET LES ACTEURS DU SECTEUR DE TRANSPORT AERIEN AU TOGO


  22 Février      10        Société (29567),

   

Lomé, 22 fév. (ATOP) – Le Directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC), col. Gnama Latta a échangé, le vendredi 19 février à Lomé, avec les représentants des structures, partenaires et compagnies intervenant dans le secteur de transport aérien au Togo, sur l’état de mise en œuvre des mesures de lutte contre les maladies dites pandémiques, notamment la COVID-19 et surtout l’Ebola réapparu depuis le 13 février en Guinée Conakry.
Cette 2ème rencontre, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des mesures et pratiques contre la pandémie de la COVID-19 et de la réactivation des mesures de lutte contre le virus Ebola. L’objectif de cette initiative est d’apprécier chez chaque acteur, l’état d’avancement de la mise en pratique des mesures de lutte contre la COVID-19 édictées par le gouvernement ainsi des exigences spécifiques liées au secteur du transport aérien. Il s’agit en outre d’éveiller l’attention des représentants des structures, partenaires et compagnies intervenant dans le secteur de transport aérien au Togo sur le resurgissement du virus d’Ebola et de les amener à redoubler de vigilance.
La rencontre a aussi a permis de passer en revue toutes les dispositions qui avaient été déjà prises au niveau de l’aéroport pour empêcher l’entrée de la COVID-19. « Nous avons discuté avec tous ces acteurs, des nouvelles dispositions devant renforcer les anciennes pour empêcher l’entrée de la maladie à virus d’EBOLA dans notre pays », a indiqué le DG de l’ANAC.
Le col. Gnama Latta a ajouté que ces discussions permettront à son agence de revoir et de renforcer ses dispositifs et mettre en place un système d’urgence pour détecter et prendre en charge très précocement tout cas suspect d’Ebola, pour confirmation. « Le centre d’isolement de l’aéroport a été revu, le dispositif de transport d’urgence de malade suspect a été mis en place et le centre de traitement du CHU Campus a été érigé et renforcé pour mieux gérer la riposte », a-t-il poursuivi.
C’était aussi l’occasion pour l’orateur de faire le briefing de la réunion de l’UEMOA. Selon lui, il a été souhaité lors des travaux que les textes régissant la sécurité et la protection des usagers soient réharmonisés et que les tests effectués par l’équipage soient validés dans les huit Etats membres de l’espace. Ils ont également émis le vœu que le prix des tests soient harmonisés et que l’information sur les différentes questions relatives à la COVID-19 soit partagée entre les huit Etats.

Le directeur par intérim de la lutte contre la maladie et des programmes de santé publique, Dr. Assane Hamadi est pour sa part revenu sur la maladie Ebola. Il a dit que Ebola est due à un virus et se manifeste par l’apparition brutale de symptômes comme la fièvre, accompagnée d’autres signes comme des douleurs abdominales, des vomissements, de la diarrhée, la fatigue, entre autres. « La particularité de cette maladie est qu’elle s’accompagne de saignements qui peuvent apparaître dans les vomissements et les selles. Ces saignements peuvent aussi surgir des gencives, du nez, des oreilles ou des yeux qui présentent des taches rougeâtres témoignant de la présence de sang. Cette maladie est mortelle et c’est pour cela que nous devons prendre des dispositions pour empêcher son entrée dans notre pays », a précisé M. Assane Hamadi.

Dans la même catégorie