APS MACKY SALL À KAOLACK POUR LANCER LES TRAVAUX DE DRAGAGE DU PORT APS LE PNUD RÉITÈRE SON ENGAGEMENT POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE MAP Présidentielle en RDC: Report de la visite de la délégation africaine de haut niveau qui devait se rendre lundi à Kinshasa (communiqué) ABP « Un milliard de francs CFA pour soutenir l’écosystème du numérique au Bénin » dixit Mme Aurélie Adam Soulé Zoumarou ABP La santé des populations préoccupe une mission médicale chinoise à Lokossa MAP Attaque dans le Nord du Mali: au moins huit Casques bleus tchadiens tués AIP Côte d’Ivoire: Environ 4 T de drogue et 23 T de divers produits prohibés incinérés à Aboisso ANP 3 Nigériens primés pour leurs projets innovants ANP Appui de la BID de plus 10 milliards FCFA à la filière riz au Niger MAP Attentat de Nairobi: la police arrête la femme et le père du kamikaze

Echos du SIEL 2017: La CEEAC au centre de rencontres à Casablanca


  13 Février      70        Arts plastiques (71),

   

— Envoyés Spéciaux –.
Rabat, 13/02/2017 (MAP) – Une rencontre autour de « l’apport des femmes écrivaines aux pays de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) » a été organisée, samedi à Casablanca, à l’initiative du ministère de la Culture, dans le cadre de la 23ème édition du Salon international de l’Edition et du Livre (SIEL).

Cette manifestation se veut un moment de réflexion sur l’apport des écrivains d’Afrique Centrale au développement culturel du Continent africain et de ses peuples, et une occasion de mettre en exergue le rôle des œuvres et écritures féminines dans les pays membres de la CEEAC.

Ont pris part à cette rencontre Amale Djaili du Cameroun, Nicole Ingabire du Rwanda, Olinda Beja du Sao Tome et Principe et Clarisse N’Remadje du Tchad.

*****************

— Les participants à une table ronde organisée, dimanche à Casablanca, sous le signe « Langues d’écriture et diversité culturelle en Afrique centrale », ont mis l’accent sur l’importance de la spécificité de la littérature et de la pensée dans cet espace si riche en langues, en écritures et en imaginaire.

Organisée dans le cadre de la 23ème édition du SIEL, cette rencontre a été une occasion pour souligner l’existence d’un branchement des auteurs et écrivains africains sur la question planétaire de l’Afrique, relevant à cet égard que la littérature, tout comme la pensée et le savoir se mobilisent pour la « diasporisation de l’Afrique ».

Cette mobilité n’est pas forcément comme une émigration socio-économique, ni vécue comme un exil, mais comme un déplacement fait de voyages et de retours, de lieux et demeures, de lieux et de non-lieux. De là, des écritures transversales et plurielles, des écritures du déplacement qui façonnent le nouvel imaginaire africain, et consacrent une autre dimension aux littératures dites « nationales ».

Ont participé à cette table ronde les écrivains Aminadab Havyarimana (Burundi), Buabua wa Kayembe (Congo Démocratique), Jean Nyama Divassa (Gabon) et Benjamin Rendekouzou (République Centrafricaine).

*****************

— « L’entrée culturelle des pays de la CEEAC dans le 21è siècle, ou la fin de l’ère postcoloniale » est le thème d’une table ronde organisée, dimanche soir à Casablanca, dans le cadre de la 23ème édition du SIEL.

Cette rencontre a été l’opportunité de débattre de la vision des créateurs culturels en Afrique centrale, qui sont à la fois liés à leur enracinement africain et engagés dans un travail de libération des implications induites par les ères néocoloniale et postcoloniale, sur le rapport au soi et à l’Autre.

Pour ces créateurs, réfléchir sur le rapport de soi à soi et à l’Autre est un des leviers libérateurs pour permettre à cette région africaine d’assumer son passé et de se regarder elle-même en regardant le monde afin de contribuer à l’affirmation de la pluralité culturelle de la communauté humaine internationale.

Ont participé à cette table ronde Suzana Micue Obama Eyang et Estanislao Medina Huesca de la Guinée Equatoriale.

*****************

— « Les productions culturelles en Afrique Centrale et leurs environnements naturels : Sahara, Sahel, Tropiques », a été le thème d’une table-ronde organisée, lundi à Casablanca, dans le cadre de la 23ème édition du SIEL.

Cette rencontre, qui a été l’occasion d’aborder l’impact de l’espace géo-écologique sur les productions littéraires et intellectuelles en Afrique centrale, vise à contribuer à une réflexion concernant la perception culturelle du phénomène de l’espace et de ses significations vécues par les écrivains, notamment en faisant référence à des exemples au Sahel, au Sahara, dans les Tropiques et les zones subtropicales.

Cette table-ronde, à laquelle ont participé les écrivains Jeanne de Chantal Wodobodé et Benjamin Rendekouzou issus de la République Centrafricaine, ainsi que Ali Djiddi Sougoudi du Tchad, a été l’opportunité de souligner la nécessité aujourd’hui de « sauvegarder certaines richesses inestimables par la plume » et l’importance de la littérature dans l’accompagnement des soucis écologiques auxquels fait face la région.

Dans la même catégorie