AIP L’administration du lycée moderne d’Issia mécontente des résultats du premier trimestre AIP Le lycée moderne de Prikro enregistre un taux de réussite de 48% au premier trimestre AIP Le secteur informel de Ferkessédougou sensibilisé sur les avantages de la loi de finance AIP Un camion de transport termine sa course dans une résidence à Dabakala INFOPRESS Ministro da Saúde reitera que director-geral da OMS visita Cabo Verde este ano APS LE RÈGLEMENT SANITAIRE INTERNATIONAL, À L’AUNE DE LA CRISE DU COVID INFORPRESS Fogo: Câmara de São Filipe prevê reactivar biblioteca municipal este ano – plano de actividades APS BBY REMPORTE 13 DES 17 COMMUNES DU DÉPARTEMENT DE LOUGA APS CAN 2021 : UN QUART DE FINALE POUR EFFACER LA MALDONNE ÉQUATO-GUINÉENNE APS MATAM : BBY MAJORITAIRE AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL ET DANS SEPT DES 10 COMMUNES

Ecosystème du courant des canaries : un projet pour contrecarrer la fragilité de la biodiversité


  21 Juin      37        Environnement/Eaux/Forêts (3638),

   

Dakar, 21 juin 2018 – (APS)- Le projet du Grand écosystème marin du courant des Canaries (CCLME) cherche à renverser la tendance de la fragilité de la biodiversité, laquelle a connu un « fort » niveau de dégradation ces 30 dernières années, a déclaré, jeudi, le secrétaire exécutif de la Convention d’Abidjan, Benoît Abou Bamba.

« Les écosystèmes marins et côtiers, ont connu un fort niveau de dégradation ces 30 dernières années, due aux sources de productions hydriques. Tout ce qui est fait en amont, se retrouve dans la mer », a indiqué M. Bamba.

Il s’exprimait à Dakar, à la réunion du groupe de travail de la composante 3 du projet Grand écosystème marin du courant des Canaries (CCLME sigle anglais), axée sur le thème : « Biodiversité, habitat, et qualité de l’eau ».

Il a évoqué le cas des écosystèmes de mangroves où les poissons se reproduisent et la dégradation de la qualité de l’eau, donnant en exemple les baies de Hann, à Dakar, et de Mbour.

A l’en croire, « le projet CCLME ambitionne de renverser les tendances des écosystèmes marins et côtiers en faveur de la pêche, pour que la production halieutique puisse se développer davantage même si elle est en décroissance ».

« Ces pays ont décidé de privilégier l’approche éco systémique, pour faire face à la surpêche, la dégradation des habitats et des changements de la qualité de l’eau. Il est s’est enrichi d’un diagnostic transfrontalier qui présente un état des lieux de chacun des écosystèmes marin et côtier à analyser, ainsi que les menaces qui pèsent sur la durabilité des processus côtiers et marins », a-t-il indiqué.

L’une des missions de la Convention consiste aussi à veiller à la préservation, la sauvegarde et au développement durable des ressources marines et côtières dans cet espace côtier.

« Notre force pour […] relever les défis, c’est de nous unir et d’avoir une même vision, celle d’un espace ouest-africain productif et sain », a-t-il argué.

A ce propos, il sera mis en œuvre un plan d’action stratégique (PAS), qui permettra d’identifier et d’augmenter la production halieutique des pays du CCLME.

Il a souligné que cette réunion est un moment pour s’arrêter et évaluer le chemin parcouru par ce projet regroupant la Mauritanie, le Maroc, le Sénégal, le Cap-Vert, la Guinée, la Guinée Bissau et la Gambie.

« Elle permet de voir les acquis, les résultats, et les impacts d’un tel projet qui est la base du capital naturel sur lequel s’appuie le développement socio-économique des 7 pays qui vivent de la pêche, du tourisme, de l’exploitation du matériel de construction, de la réduction de la pauvreté, des activités de génération de revenus des écosystèmes marins et côtiers », a détaillé le secrétaire exécutif.

Pour lui, l’un des résultats du projet et son impact est d’arriver à une collecte d’informations réelles sur ces écosystèmes marins et côtiers, la qualité de l’eau et celle des habitats où les poissons se reproduisent.

« Nous allons vers la deuxième phase qui sera la mise en œuvre de ce plan d’actions stratégique (PAS) conçu par les experts, les gouvernements, le PNUE [le Programme des Nations unies pour l’environnement], la FAO », a dit Benoît Abou Bamba.

SBS/ASG/PON

Dans la même catégorie


Article

  25 Janvier     7

Article

  24 Janvier     5