ANG Bissau determina descida do PRS INFORPRESS Santiago Norte: Câmara de Santa Cruz vence torneio de futsal solidário em favor da Loja Social e Casa da Sopa de Assomada INFORPRESS Sal: Tribunal aplica prisão preventiva a indivíduos acusados de vários crimes INFORPRESS Assembleia Municipal de São Salvador do Mundo aprecia relatório de actividades de 2018 da autarquia AGP Le football à l’avant-garde dans la lutte contre les changements climatiques AIP Les agents des douanes de Noé exhortés à travailler au maintien de la certification ISOO 9001 AIP Le comité national d’organisation du Congrès 2020 de l’UPU à Abidjan va être installé AIP Un projet éducatif numérique lancé dans les régions cacaoyères (Communiqué) GNA Mrs Oteng-Gyasi rallies tourists for ‘Year of Return’ GNA Vice President courts investors in India to invest in Africa

Ecouter les femmes pour une élimination de la faim 


Brazzaville, 02 avril 2015 (ACI) – Le représentant du Programme Alimentaire Mondial (PAM) au Congo, M. David Bulman a déclaré, le 31 mars dernier à Brazzaville, que dans la phase de l’élimination de la faim dans le monde et en Afrique, il est impératif d’écouter les femmes qui sont les premières productrices des produits agricoles et qui s’en occupent dans les foyers.

M. Bulman a fait cette déclaration à l’occasion de l’audience que la ministre de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, Mme Catherine Embondza Lipiti, lui a accordée.

Le représentant du PAM a, à cette occasion, expliqué que pour l’atteinte de cet objectif que l’Union Africaine (UA) a adopté pour l’horizon 2025, la femme est incontournable, poursuivant qu’au niveau du PAM, les femmes sont impliquées dans tous les projets en tant que première cible, citant pour ce faire, le travail dans la malnutrition qui se fait à travers l’éducation de la femme. «Nous sommes venus pour renforcer les relations avec le ministère de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement», a-t-il indiqué.

M. Bulman a précisé qu’avec les différents ministères, plusieurs projets concernant la femme sont initiés, notamment au niveau des cantines scolaires où les jeunes filles sont bénéficiaires, en vue de les aider à rester à l’école, ce qui entraine moins de déperdition, au niveau du filet de sécurité alimentaire qui cible beaucoup des femmes en état de grossesse et d’allaitement, ainsi que celles qui ont un petit revenu pour renforcer leurs capacités de se nourrir et donner naissance à des enfants en bonne santé.

Dans les cantines scolaires et dans la gestion des vivres des réfugiés, le PAM exige que les comités de gestion soient constitués en moitié des femmes et ce programme cible également les personnes les plus vulnérables, les plus pauvres surtout pendant les cas des épidémies, a-t- expliqué.

Il a promis au ministère que le PAM continuera de se battre pour la situation de la femme, cherchant avec le gouvernement des solutions à la faim dans le pays, ce qui forcément va impliquer les femmes, afin d’atteindre les enfants qui n’ont pas assez à manger.

La ministre de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement a aussi échangé, le 1er avril à Brazzaville, avec l’ambassadeur de la Turquie au Congo, M. Can Incesu. Au cours de leurs entretiens, a indiqué le diplomate Turc, les deux partenaires ont évoqué les projets concrets relatifs à l’équipement et à la construction légère afin d’aider les femmes congolaises à aller vers l’autonomisation. L’important, dit-il, c’est de satisfaire aux besoins du Congo dans ce domaine.

A propos, ils se sont accordés sur la tenue imminente d’une réunion technique entre la partie turque et le ministère de la promotion de la femme, afin de soumettre, à l’issue de cette rencontre, un certain nombre de projets aux autorités compétentes du Congo et de la Turquie.

Concernant le mémorandum d’entente, Can Incesu a fait savoir qu’il s’agit d’un cadre général de coopération que «nous devons développer au niveau technique pour réaliser nos objectifs. Nous allons voir les projets concrets qui intéressent la partie congolaise et dans quelle mesure nous pourrons venir en aide au département congolais de la femme». Ce mémorandum d’entente dans le domaine de la coopération sur la promotion de la femme a été signé en juin 2013, a conclu l’ambassadeur turc à l’issue de l’audience.

Par ailleurs, M. Can Incesu entend proposer à l’ATICA qui est une agence de développement turc, un certain nombre de projets du ministère de la promotion de la femme, pour financement. Dans les tout prochains jours, a-t-il rassuré, une équipe de l’ATICA viendra au Congo tâter les réalités congolaises pour se faire une idée exacte de la situation.

Dans la même catégorie