STP-Press Ministro Adlander de Matos recebe delegação portuguesa do Ministério de Trabalho numa missão do reforço da cooperação AIP Côte d’Ivoire/Réflexions à Yamoussoukro sur des plans de développement du pétrole et énergie en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire/ La construction d’un pont à deux voies souhaitée sur la rivière Bâ à Broukro-Banouan AIP Côte d’Ivoire/ CEPE 2019: Un taux national de réussite de 84,48% enregistré AIP Côte d’Ivoire/ BTS 2019 : Plus de 360 candidats à Dimbokro APS VERS LA RÉHABILITATION DES CENTRES D’APPUI AU DÉVELOPPEMENT LOCAL (MINISTRE) APS CASAMANCE : DES POURPARLERS RÉCLAMÉS POUR ‘’ÉTEINDRE LES SIGNAUX ROUGES’’ ACP L’évêque de Butembo-Beni plaide pour la catégorisation des refugiés à accueillir GNA ROPAA Committee begins engagement of Diaspora GNA “Rehabilitate our roads”, communities in Ayensuoanu appeal

ENDA énergie invite à utiliser la technologie pour atténuer les effets des changements climatiques


  24 Février      28        Economie (24303), Entreprises (1270), Téchnologie (957),

   

Dakar, 24 fév 2016 -(APS) – Les alternatives de développement auxquelles le monde est soumis mettent en avant la technologie, notamment dans l’atténuation et l’adaptation aux effets des changements climatiques, a indiqué, mardi à Mbour, le directeur de l’ONG Enda Energie pour le Sénéga, Sékou Sarr.

« Les technologies existent pour permettre aux pays de s’adapter à l’érosion côtière et de développement de l’énergie renouvelable et aux agriculteurs de renforcer leur productivité agricole et la fertilité des sols », a relevé M. Sarr.

Le directeur de Enda Energie s’exprimait à l’ouverture d’un atelier régional de renforcement des capacités des coordonnateurs de l’EBT et les consultants nationaux sur les aspects de l’atténuation et de l’adaptation des pays aux changements climatiques.

Cet atelier, le deuxième du genre, qui entre dans le cadre de la deuxième phase du projet d’évaluation des besoins en technologies (EBT II) appuyée par le Fonds mondial pour l’environnement (FEM), vise le renforcement des capacités des experts des six pays d’Afrique francophone, à savoir la Mauritanie, le Togo, le Madagascar, la Tunisie, le Burundi et le Burkina Faso.

« Au cours de ce processus d’évaluation des besoins technologiques dans le cadre des changements climatiques, il s’agit de travailler avec les pays dans l’identification des besoins prioritaires en technologies climatiques mais aussi pour élaborer des plans d’action de transfert de technologies », a expliqué M. Sarr.

« Au niveau de la Convention-cadre des Nations-Unies, il a été institué ce processus d’évaluation des besoins technologiques, pour permettre aux pays de disposer de technologies leur permettant de pouvoir faire face aux effets des changements climatiques », a soutenu le directeur de ENDA Energie.

Cet atelier de formation de quatre jours, va permettre aux participants de disposer des outils méthodologiques pour faire l’analyse des barrières de dissémination des technologies qui ont été identifiées lors de la première phase de ce processus.

La phase II du projet d’EBT a été mise en œuvre par le Programme des Nations-Unies pour l’environnement (PNUE) et a été lancé en novembre 2014 avec 26 pays d’Afrique, d’Asie, d’Amérique Latine et d’Europe centrale.

ADE/PON

Dans la même catégorie