GNA Resurgent Hearts take aim at WAFA, Kotoko face Sharks GNA Kwahu Dadiehene unhappy with progress of work on Nkawkaw Stadium GNA 2020 Presidential Election Petition: The Journey So Far AIP Législatives 2021 : la CEI appelle les candidats à un scrutin apaisé dans le N’zi AIP Le conseil régional dote l’hôpital général d’Agnibilékrou de matériel biomédical AIP Les populations exhortées à construire des logements décents AIP Législatives 2021: Le préfet de Bocanda invite les candidats à la culture de la fraternité et de la la paix pour des élections sans heurts AIP Le foncier, l’orpaillage et l’adduction d’eau potable, des préoccupations exposées au préfet de Bouaflé AIP Le nouveau préfet de Bouaflé confie sa mission aux chefs traditionnels Yowlè AIP Législatives 2021 : Des affiches des candidats déchirées à Bocanda

Etats-Unis: Début mardi du procès en destitution de Donald Trump


  9 Février      10        Monde (431),

   

Ouagadougou, 9 févr. 2021 (AIB) – Le procès en destitution de l’ex-président des Etats unis d’Amérique (USA), Donald Trump, débute ce mardi, suite à sa mise en accusation pour «incitation à l’insurrection» dans le cadre de l’attaque du Capitole par ses partisans.

Lundi, démocrates et républicains se sont mis d’accord sur les règles. Le procès va démarrer ce mardi par un débat de quatre heures suivi d’un vote préliminaire.

Ensuite, les procureurs démocrates auront 16 heures pour présenter leur dossier. Ils accusent Donald Trump d’avoir «volontairement incité à la violence» ses supporteurs, qui ont pris d’assaut le Capitole le 6 janvier dernier.

Les avocats de l’ex-président américain disposeront de la même durée et soutiennent que son discours relevait de la liberté d’expression et qu’il a simplement appelé la foule à manifester pacifiquement.

A moins que des témoins soient convoqués, le procès pourrait être donc bouclé en une semaine, après une pause samedi en respect du Shabbat, à la demande d’un des avocats de Donald Trump.

Les procureurs ont demandé à entendre l’ancien président sous serment, mais celui-ci a refusé.

Les sénateurs peuvent en théorie assigner des témoins à comparaître, mais cela donnerait lieu à une longue bataille juridique que l’actuel président des USA, Joe Biden préférerait éviter face à la pandémie.

Dans une tribune publiée par Politico, l’ancien procureur Renato Mariotti estime toutefois que «des témoins seraient le seul facteur susceptible de chambouler un procès qui semble joué d’avance». Plusieurs émeutiers du Capitole ont notamment affirmé devant la justice qu’ils avaient répondu à l’appel de Donald Trump.

La destitution de Donald Trump nécessite une majorité des deux tiers de 67 sénateurs sur 100. Les 50 démocrates auraient donc besoin de 17 républicains.

Et fin janvier, seulement cinq conservateurs ont voté en faveur du procès. Même si leur leader Mitch McConnell et quelques-uns pourraient changer d’avis, on devrait être loin du compte.

Donald Trump est donc parti pour échapper à une destitution et à un second vote qui aurait pu le rendre inéligible.

Il pourrait donc, en théorie, se représenter en 2024. Mais après l’attaque du Capitole, sa cote de popularité a chuté de 18 points chez les républicains.

Selon un sondage pour la chaîne ABC, 56 % d’Américains sont désormais favorables à sa destitution. Dépourvu de suspense, le procès pourrait un peu plus ternir son image.

Dans la même catégorie