APS MOUSSA NDIAYE, GRANDE RÉVÉLATION DE LA COUPE DU MONDE U20 (FRANCE FOOTBALL) APS AMINATA DIOP SALL OFFERTE EN MODÈLE DE RÉUSSITE DANS LES DISCIPLINES SCIENTIFIQUES APS LA SÉCURITÉ SANITAIRE AU MENU D’UNE SESSION DE FORMATION ATOP SOTOUBOUA : LA POPULATION SENSIBILISEE SUR L’ALBINISME MAP Programme « Afrique créative »: Appel à candidatures ouvert jusqu’au 15 août prochain (AFD) ATOP SENSIBILISATION SUR L’USAGE INAPPROPRIE DES ANTIBIOTIQUES A LA FACULTE DES SCIENCES DE SANTE DE L’UK ATOP LA CECAP DRESSE UN BILAN POSITIF DE SES ACTIVITES DE 2018 ATOP JOURNEE MONDIALE DU DON DE SANG 2019 : LE CNTS APPELLE LA POPULATION A DONNER DU SANG POUR SAUVER DES VIES MAP Le Comité des Représentants permanents de l’UA tient à Addis-Abeba sa 38 session ordinaire avec la participation du Maroc AGP COPA America : la Colombie surprend l’Argentine de Messi (2-0)

Ethiopie: Soutien de la France de 70,5 millions d’euros à l’entreprise publique des abattoirs d’Addis-Abeba


  14 Septembre      67        Coopération (5091), Finance (3778), Société (49750),

   

Rabat 14/09/2017 (MAP), L’Ethiopie et la France ont signé, mercredi à Addis-Abeba, un accord de prêt et de subvention de 70,5 millions d’euros pour soutenir l’entreprise publique des abattoirs d’Addis-Abeba.

L’accord a été signé par le ministre d’Etat des Finances et de la Coopération économique, Admasu Nebebe et l’ambassadeur de France en Éthiopie, Frédéric Bontems, rapporte l’Agence de presse éthiopienne.

Sur le montant total, 70 millions d’euros de prêts concessionnels seront alloués pour le déménagement et l’expansion des abattoirs et 0,5 million d’euros en subvention pour l’assistance technique, indique-t-on de même source.

S’exprimant lors de la cérémonie de signature de l’accord, le ministre éthiopien a indiqué que l’accord vise à fournir un service d’abattoirs aux standards sanitaires, environnementaux et sociaux répondant aux bonnes pratiques internationales.

« L’accord de prêt et de subvention que nous avons signé fait partie de notre engagement à renforcer notre partenariat, en particulier dans la construction d’une infrastructure et d’un service urbain modernes pour les résidents », a ajouté le ministre.

Cité par l’Agence de presse éthiopienne, l’ambassadeur de France en Ethiopie a, pour sa part, estimé que la construction de nouveaux abattoirs pour Addis-Abeba a été jugée obligatoire car la capitale éthiopienne a connu une croissance rapide au cours des dernières années.

Et de noter que les abattoirs existants sont insuffisants compte tenu de la demande croissante et des défis environnementaux et de qualité.

Pour rappel, la construction d’abattoirs modernes est l’un des principaux objectifs de la municipalité d’Addis-Abeba conformément au second Plan de Croissance et de Transformation (GTP II) 2015-2020 de l’Ethiopie.

Le projet sera mis en œuvre entre 2017 et 2022 et devrait doubler sa capacité à 810 000 animaux abattus chaque année, ce qui devrait représenter plus de 60% de la viande consommée dans la ville issue de l’abattage légal.

Les abattoirs d’Addis-Abeba sont actuellement situés au cœur de la ville et font face à d’importants défis environnementaux, sociaux et économiques. Ce projet vise à relocaliser et moderniser les infrastructures afin de répondre aux standards environnementaux et sociaux, ainsi qu’à la demande croissante sur le marché national et à l’international.

L’Éthiopie connaît un taux de croissance moyen annuel de sa population urbaine de 4 %. A cette croissance démographique s’ajoute un développement économique soutenu depuis plusieurs années, qui se traduit par une évolution des modes de vie, illustrée par la forte et constante augmentation de la consommation de viande.  Aujourd’hui, les abattoirs publics d’Addis-Abeba font face un défi : répondre à cette demande tout en améliorant leurs pratiques sociales et environnementales.

La relocalisation, l’expansion et la modernisation des abattoirs vont permettre à l’entreprise publique de répondre à la demande actuelle et future de la population de la capitale, ainsi que l’amélioration des standards de qualité de la viande vendue sur les marchés nationaux et à l’export. Le projet va également permettre la fermeture de l’infrastructure actuelle, localisée au cœur de la ville: l’environnement urbain va ainsi s’améliorer de façon significative, à travers notamment l’arrêt de l’influx continue du bétail, source de nuisances pour les populations alentours.

Dans la même catégorie