ANP L’ambassadeur du Nigéria reçu par le Chef d’État du Niger ANP Maradi: Lancement d’une campagne sur de la planification familiale APS Cité du savoir de Diamniadio, un futur  »écosystème » pour la création d’entreprises et de start-up (Responsable) APS L’État invité à anticiper les pertes d’emplois liés au numérique APS Saint-Louis: Inhumation des quatre pêcheurs retrouvés morts au Cap-Vert APS Médias: Macky Sall plaide pour un message positif sur l’Afrique NAN Nigerian Army destroys bandits’ camp in Zamfara, Northwest Nigeria NAN Abuja chamber calls for strengthening of Nigeria-India economic ties MAP Rwanda : 14 mineurs tués dans l’éboulement d’une mine dans l’est du pays ATOP UNE JOURNEE PORTE OUVERTE SUR LA GEOGRAPHIE A L’UNIVERSITE DE KARA

Eugénie Koué, la première femme chef de village dans le Cavally (Portrait)


   

Abidjan, 29 mars (AIP)- Eugénie Koué, est une exception dans le domaine des auxiliaires de l’administration dans la région du Cavally en ce sens qu’elle est la première femme à prétendre aux destinées d’un village dans cette partie de l’Ouest du pays. Portrait.

Kouébly-banco, dans le département de Guiglo dans la région du Cavally connaît une histoire de chefferie traditionnelle qui est essentiellement inédite, en ce sens que, ce gros village situé à l’ouest de la Côte d’Ivoire où selon la tradition seuls les hommes ont l’autorisation et le droit de prétendre à gouverner, une femme du nom de Koué Eugénie en préside aux destinées.

A la faveur d’une visite dans ce village, le 26 mars, les témoignages entendus sont unanimes sur la réputation de cette femme aux multiples qualités.  Femme de grand cœur, discrète et accueillante, l’Honorable Eugénie Koué est le modèle de leader communautaire.

Koué Eugénie est chef du village de kouebly-banco depuis le 9 janvier 2015. En effet, depuis la disparition de son père, fondateur du village, en 2001, Koué Eugénie s’est érigée en protectrice et défenseur de toutes les communautés composée d’autochtones guéré, et d’une forte communauté d’allochtones et d’allogènes dont des burkinabé et des guinéens.

Suite au décès de son géniteur, elle a abandonné ses études pour se consacrer au suivi des études de ses frères et sœurs. C’est donc en reconnaissance de toutes ses œuvres qu’en 2015, alors que l’intérim de la chefferie était assuré par un de ses oncles, toute la notabilité et les populations de façon unanime l’ont désignée comme chef dudit village.

Tous les conflits portés à sa connaissance, a-t-on appris, ont été tranchés en toute impartialité et par le dialogue. Et depuis qu’elle préside aux destinées du village de Kouébly-banco, les conflits fonciers et les conflits intercommunautaires, jadis très fréquents dans l’Ouest, sont devenus presqu’inexistants.

Au plus fort des crises qui ont secoué notre pays et précisément l’Ouest, même étant déplacés pour des raisons sécuritaires, Koué  Eugénie avait pris sur elle d’entretenir les plantations des populations étrangères, notamment les burkinabè à qui elle faisait parvenir les fruits de leurs récoltes.

Son leadership ne fait l’objet d’aucune opposition, ni contestation de la part des ses administrés, ni de ses proches collaborateurs qu’est la notabilité composée majoritairement d’hommes.

Elle est aimée de tous, avec une gouvernance irréprochable, qu’elle a même été sollicitée pour présider aux destinées de Dombly, village d’origine de son père. Une offre qu’elle a déclinée, préférant pour le moment se consacrer au développement de Kouébly-banco.

En matière de l’autonomisation de la femme, Koué Eugénie est une référence et elle encourage les femmes et les jeunes filles à oser, car selon elle, les femmes sont naturellement des chefs. Femme battante, elle possède aujourd’hui, plusieurs hectares de cacao, d’hévéa, de teck et de palier à huile.

Titulaire d’un certificat en tourisme et en communication, elle est en service à la mairie de Guiglo comme collectrice, responsable du service d’hygiène et adjointe au régisseur. Ses projets, dans l’avenir, sont le lotissement complet de son village, la promotion de l’éducation de la jeune fille à travers la construction d’une école moderne en remplacement de l’école communautaire, la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG).

Ainsi, elle compte faire bénéficier de son expérience aux autres communautés du Cavally et à toute la côte d’Ivoire.

ktt/fmo

Dans la même catégorie