ANG Estudo revela que desnutrição contribui para a morte de 45 % de crianças menores de cinco anos ANG “Património Cultural do país exige uma requalificação ambiciosa”, diz a Secretária de Estado do Turismo e Artesanato ANG Lisboa quer “o nível máximo” com Bissau GNA Maj Mahama- Police did not rely solely on the video-Witness GNA Special Educators admits to low knowledge on cerebral palsy GNA Administrators urged to end “we are working on it” syndrome AIB Eau, Energie et Economie : L’Allemagne soutient le Burkina Faso avec 26 milliard de FCFA AGP Arrestation de deux passagers pour détention de faux passeports AIB Burkina: Vers l’instauration  d’un système efficace de protection des personnes vulnérables ANGOP Un message du Président angolais remis à son homologue chinois

Excédés par la grève des financiers, des chefs d’entreprises appellent le gouvernement à prendre des  »mesures courageuses »


  10 Mars      51        Economie (24461), Entreprises (1272),

   

Ouagadougou, 10 mars 2017 (AIB)-Des chefs d’entreprises privées, ont demandé jeudi au gouvernement de prendre des «mesures courageuses», en raison des énormes préjudices que subissent leurs sociétés, du fait de la grève entamée le 6 février par des agents du ministère des Finances.

 »Au gouvernement, nous  lui demandons de prendre des mesures courageuses. A la partie revendicatrice,  c’est-à-dire les grévistes, nous leur disons qu’ils peuvent mener leur lutte avec patriotisme sans porter atteinte aux activités de nos entreprises », a souhaité le porte-parole du ‘’Groupe d’actions spontanées’’, Labidi Naba, dans un reportage diffusé jeudi soir par la télévision nationale du Burkina.

Depuis le 6 févier 2017, le Syndicat des agents des finances (SYNAFI) a entamé une grève pour exiger de meilleures conditions de travail et de vie, notamment des bureaux décents et une redistribution équitable du Fonds commun (avantage financiers distribués aux agents chaque semestre, ndlr).

 »Un privé ne peut  plus se faire payer sa facture, ne peut pas signer un marché, ne peut pas faire la réception des fournitures qu’il a livrés », a martelé le chef d’entreprise Serge Zongnaba, insistant sur le fait, que le privé vit grâce à ses  »ventes ».

Les conférenciers ont invité également la chambre du commerce à s’intéresser davantage à ce blocus qui constitue selon eux,   »un grand préjudice porté au secteur privé et par ricochet à l’économie nationale ».

Avant ‘’le Groupe d’actions spontanées’’, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba avait laissé éclater son agacement le 25 février dernier face à la radicalisation de certaines luttes syndicales.

 »Regardez! Le ministère des Finances est paralysé depuis plus de trois semaines. Tous nos dossiers sont bloqués…un ministère aussi transversal… », a avait-il lancé lors d’une rencontre avec l’Union d’action syndicale.

als/ata

Dans la même catégorie