ANGOP Covid-19: Le Président de la République prolonge l’état d’urgence ANGOP Le Parlement émet un avis favorable à la prolongation de l’état d’urgence AIP Korede Odjo-Bella, nouvelle directrice marketing et communication Ecobank région Uemoa (communiqué) AIP Le foyer du lycée moderne de Béoumi couvert AIP Le personnel de la santé encouragé à participer activement à la riposte de la pandémie du Covid 19 AIP Covid-19 : le préfet du Gbôklè met en garde contre les demandes d’autorisation fantaisistes d’entrée à Abidjan AIP COVID-19: Une compagnie sucrière offre du matériel désinfectant au district sanitaire de Zuénoula AIP Le recensement des commerçants lancé à Daloa AIP L’ONG Badegnan offre des kits de lavage des mains AGP Labé-Infrastructure : Reprise des travaux de butinage de 15 km de la commune urbaine

EY BUILDING BETTER WORKING WORLD EDIFIE LES OPERATEURS ECONOMIQUES SUR LA LOI DE FINANCES 2019


  8 Février      25        Economie (8185), Finance (426),

   

Brazzaville, 08 FEV (ACI) – Le cabinet comptable EY Building Better Working world a édifié, le 7 février à Brazzaville, les opérateurs économiques sur les avantages et les inconvénients de la loi de finances 2019, afin qu’ils en tirent les principales incidences fiscales.

C’est au cours d’un échange, organisé chaque année par ledit cabinet à l’endroit de ses clients en particulier et des opérateurs économiques en général, que les experts comptables d’EY ont mis en évidence la situation économique et financière que traverse le Congo, rappelant le contexte difficile ayant conduit à voter cette loi de finances.

«Le Congo est toujours en crise, même si les chiffres nous ont montré qu’ils étaient en croissance en 2018. Après deux années de récession économiques, le secteur réel demeure en crise. La croissance du Congo est essentiellement liée à la production pétrolière», ont-ils indiqué.

«Il y a eu quand même une amélioration des cours du pétrole en Mars et en Novembre 2018. La production pétrolière du Congo avait augmentée d’environ 20%. La loi de finances a été bâtie dans une volonté d’augmenter les recettes du budget de l’Etat, notamment de la fiscalité et des recettes intérieures», ont ajouté les experts.

Au cours de cette réunion, l’équipe fiscale du cabinet Comptable EY a souligné les points majeurs de cette loi, parmi lesquels l’harmonisation des obligations comptables par rapport au plan comptable syscohada , le rejet de la déduction des amendes et pénalités de toutes natures ainsi que l’institution d’un délai de facturation pour les sociétés soumises à la source en matière d’impôts sur les sociétés forfaitaires.

Selon le directeur juridique et fiscal du cabinet EY Congo, M. Crespin Simedo, il y a des innovations en matière d’impôts sur les sociétés et l’innovation majeure. C’est le rejet de la déduction des amendes et pénalités contractuelles spécifiques et particulières pour le Congo.

«L’un  des points majeurs de cette loi est la remise en cause des avantages qui sont contenus dans la convention signée avec les autorités fiscales. Ce n’est pas une remise en cause des conventions fiscales ou des accords signés qui sont alloués à certaines sociétés. Les autorités fiscales pensent qu’aujourd’hui, vu la situation économique, il y a des sociétés qui bénéficient des exonérations qui sont exceptionnelles et l’Etat voudrait ramener ces entreprises à renégocier ces avantages pour trouver une solution équitable», a-t-il expliqué.

«La démarche du cabinet comptable est d’expliquer aux opérateurs économiques le contexte difficile qui doit amener à plus de concentration et à plus de négociation avec les autorités fiscales», a-t-il fait savoir.

La loi de finances 2019 a été votée le 28 décembre 2018 et promulguée le même jour par le Président de la République, M.  Monsieur Dénis Sassou-N’Guesso. Elle n’est pas encore publiée dans le journal officiel, rappelle-t-on.

(ACI)

Dans la même catégorie