APS Feux de brousse: 1500 Ha ravagés en trois mois dans la région de Louga (Eaux et forêts) APS Tambacounda : Le PUDC met en service le réseau électrique de Dyabougou MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines Economie MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) MAP Addis-Abeba abrite le 12 février la 1ere Conférence internationale de la FAO, de l’OMS et de l’UA sur la sécurité sanitaire des aliments AIP Côte d’Ivoire / Le ministre Sidi Touré annonce une évaluation trimestrielle du Programme social du gouvernement AIP Côte d’Ivoire/ Vers un encadrement des potières de Katiola par le centre céramique AIP Côte d’Ivoire/ Vingt ans de prison ferme pour les braqueurs d’Adjouan (Aboisso) AIP Côte d’Ivoire / L’encadrement des jeunes et des femmes entrepreneurs, une nécessité (Esmel Essis) MAP Marathon International de Marrakech: plus de 9.000 coureurs à la 30è édition

FMI/Afrique Sub-saharienne : Perspectives économiques régionales en légère hausse


  8 Mai      57        Economie (21991), Finance (3696),

   

Libreville, 8 Avril (AGP) – Le Fonds monétaire international a présenté, ce mardi à Libreville, le rapport sur les perspectives économiques régionales de l’Afrique subsaharienne d’avril 2018,  en légère hausse.

Le Premier ministre, Emmanuel Issozé  Ngondet, a présidé, ce mardi à Libreville, la cérémonie de présentation  du rapport sur les perspectives économiques régionales de l’Afrique subsaharienne d’avril 2018 du Fonds monétaire international (FMI), lequel rapport fait ressortir que la croissance en Afrique subsaharienne est marquée par une légère hausse.

Ces assises ont permis au Premier ministre de louer les efforts consentis par le gouvernement afin de maintenir la croissance économique du Gabon. « En ce qui concerne le Gabon, le président de la République, Ali Bongo Ondimba a pris très tôt la pleine mesure de cette situation et décidé de la mise en œuvre d’un plan de relance de l’économie et  la conclusion d’un programme triennal (2017-2019) avec le FMI. (…) J’ai eu l’occasion, il y a quelques jours, de présenter un premier bilan. (…) Ce bilan, qui a fait apparaitre des résultats encourageants. J’ai également indiqué que des défis demeuraient, pour atteindre pleinement les objectifs assignés à l’horizon 2019 », a-t-il déclaré.

De l’analyse du FMI, il ressort que « la croissance en Afrique subsaharienne est marquée par une légère hausse et les politiques fermes sont nécessaires pour réduire  les vulnérabilités et perspectives de croissances à moyen terme », a indiqué le ministre gabonais en charge de l’Économie, Jean-Marie Ogandaga.

Ajoutant que « Plus de 2/3 des pays de la sous-région devraient profiter d’une accélération de leur croissance soutenue par une dynamique plus forte de l’économie mondiale, des prix plus élevés des matières premières, d’une meilleure accélération des marchés des capitaux et un meilleur accès à ces différents marchés ».

Afin de transformer la reprise actuelle en une véritable croissance forte et durable, conformément aux objectifs de développement durable, les experts du FMI recommandent de mettre en œuvre des politiques visant à réduire les vulnérabilités tout en améliorant les perspectives de croissances à moyen terme.

« Comme objectifs prioritaires, il faut réduire les vulnérabilités macroéconomique et relever la croissance à moyen terme », a mentionné l’Economiste du département Afrique du FMI, Francisco Arizal, lors de sa présentation sur l’investissement privé pour rajeunir la croissance.

Francisco Arizal a souligné que le faible taux d’investissement privé pèse sur la croissance. Il (investissement privé) dépend des facteurs macroéconomiques et structurels, des réformes et des conflits. « Dans certains cas, l’investissement public peut attirer l’investissement privé. Aussi les partenariats publics-privés peuvent favoriser l’investissement privé si les risques sont bien gérés », a-t-il indiqué.

De ces pistes de solutions des experts du FMI, d’autres experts gabonais ont apporté bien d’autres recommandations, notamment sur les possibilités de mobilisations des recettes fiscales dont  »la suppression de l’exonération fiscale ; la prise en compte du secteur informel et l’engagement crédible des gouvernements afin d’améliorer la gouvernance et la transparence », a souligné le Pr. Jean-Jacques Ekomié, enseignant à l’Université Omar Bongo.

FA/SM/FSS

Dans la même catégorie