ACP L’épidémie de virus Ebola déclarée à moindre risque de propagation au niveau international ACP Concertation à Matadi sur l’impact du barrage hydroélectrique d’Inga AIB Contexte d’insécurité au Burkina: les professionnels des médias invités à privilégier l’intérêt de la nation AIB Un gendarme et un assaillant tués dans l’attaque du poste de la gendarmerie de Barani AIB Assemblée générale des Etablissements publics de l’Etat: Quatre-vingt-deux institutions présentent leur rapport de gestion AIB SIAO 2018: Au moins 250 acheteurs et visiteurs professionnels attendus à Ouagadougou (officiel) ACP Près de 288 structures enregistrées par PAO au cours des journées portes ouvertes ACP Les adolescents ont besoin d’un encadrement dans la durée pour devenir responsables, affirme Mme Mokili ACP RDC: Hommage du vice-gouverneur du Sud-Kivu  à la journaliste Solange Lusiku ACP RDC: Sensibilisation à Mbakana des hommes et des femmes sur le processus électoral

Fort de son expérience avérée en matière de paix et de sécurité, le Maroc aura un rôle de taille à jouer au sein de l’UA (Forum)


  9 Février      81        Securité (4505),

   

Marrakech, 09/02/2018 (MAP)- De par son expérience avérée en matière de paix, de sécurité et de stabilité, le Maroc aura, sans nul doute, un rôle de taille à jouer au sein de l’Union Africaine (UA), ont souligné, vendredi à Marrakech, les participants à la 9è édition du Forum  » Marrakech Security Forum  » (AfricaSEC 2018).

Le Maroc ne cesse d’accorder un intérêt tout particulier à toutes les questions qui intéressent le Continent et de mobiliser tous les moyens nécessaires, dans le cadre d’une approche proactive et solidaire, en vue de lutter contre tous les facteurs d’instabilité en Afrique, et de contribuer à son développement socio-économique, en faveur du bien-être et de l’épanouissement des populations africaines, ont ajouté les participants à une séance plénière autour du thème « l’Union Africaine face au défi de la paix et de la sécurité ».

A ce propos, ils ont salué le leadership et la vision éclairée de SM le Roi Mohammed VI en faveur d’une Afrique durablement en paix, développée et prospère.

Intervenant à cette occasion, M. Issoufou Kougui N’Douro, ancien ministre d’Etat chargé de la défense nationale au Bénin, a loué le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine ainsi que le leadership de SM le Roi Mohammed VI, faisant observer que le Royaume fort de son expérience dans divers domaines y compris celui de la paix et de la sécurité, aura sans nul doute, beaucoup de choses à apporter aux pays africains en la matière.

Même son de cloche chez le Colonel Rock Aurélien Ouangbey, conseiller spécial à la MINUSMA (Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali), qui a mis en avant la voie de la solidarité, de la paix et de l’Union que le Maroc a choisie en décidant, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, de regagner sa famille institutionnelle africaine.

M. Ouangbey, qui introduisait son exposé par un extrait du discours de SM le Roi Mohammed VI prononcé par le Souverain le 31 janvier 2017 devant le 28è Sommet de l’Union Africaine (UA) à Addis-Abeba, a salué l’engagement sans faille du Maroc en faveur du développement et de la prospérité du Continent, et sa conscience quant à la nécessité pour l’ensemble des Africains de prendre en main leur destin et d’œuvrer la main dans la main pour satisfaire les besoins des populations du Continent.

Le chercheur sénégalais, M. Abdoul Latif Aidara, directeur de l’Observatoire des menaces terroristes, des radicalismes et des risques criminels et cyndiniques (OM2R), a loué, quant à lui, la pertinence de la tenue de cette conférence plus précisément au Maroc, un pays très dynamique dans sa stratégie de lutte contre le terrorisme, notant que les menaces sécuritaires qui guettent l’Afrique sont une réalité à laquelle il faut faire face grâce à une approche globale, collective et concertée.

Cette séance plénière a été aussi l’occasion de rappeler que face aux défis sécuritaires au niveau du Continent, les Etats Africains qui ne sont pas restés passifs, conscients en cela de la nécessité d’apporter des réponses collectives, ont investi l’UA de la mission d’œuvrer à préserver la paix et la sécurité sur le Continent par le biais du Conseil de la Paix et de la Sécurité (CPS).

Dans ce sens, l’accent a été mis sur l’architecture africaine de paix et de sécurité mise en place dans le cadre de l’UA et qui traduit cette prise de conscience de la nécessité pour l’Afrique de faire face par ses propres moyens aux menaces sécuritaires qui la guettent, notant, néanmoins, que la réponse institutionnelle n’est pas suffisante et qu’il faudrait traduire cette architecture en une dynamique globale de paix à même de permettre d’éradiquer les conflits dans le Continent, au risque que le développement et la prospérité des pays de l’Afrique ne resteront  » un vœux pieux « .

Et de conclure que l’action de l’UA et ses institutions ne devraient aucunement restées centrées sur la lutte et la prévention des conflits armés et aux menaces classiques, et que les instruments devront être flexibles et adaptés à l’évolution des facteurs d’insécurité.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, la 9è édition du Forum « Marrakech Security Forum », s’article autour du thème « Les menaces émergentes et les nouveaux risques de conflictualité en Afrique ».

Rehaussé par la participation de quelque 300 experts, dirigeants d’organisations internationales, et responsables civils et militaires de plusieurs pays, dont le Maroc, ce conclave, de deux jours, est le fruit d’un partenariat entre le Centre Marocain des Etudes Stratégiques (CMES), et la Fédération Africaine des Etudes Stratégiques (FAES).

L’objectif de ce forum est d’établir un état des lieux actuel de la sécurité en Afrique, de mettre en lumière les défis auxquels doit faire face le Continent et surtout, d’analyser, de débattre et d’échanger les expériences et expertises dans ce domaine.

Lors de ce forum, les pénalistes auront à débattre de moult thématiques se rapportant entre autres, à « l’Afrique face aux défis asymétriques et aux ennemis de l’ère numérique », à « l’Union africaine face au défi de la paix et de la sécurité sur le Continent (menaces émergentes et nouveaux risques de conflictualité) », à « DAECH: de la territorialisation à la fragmentation et prolifération de groupes et combattants terroristes », et à ‘’la stratégie marocaine de lutte contre le radicalisme et l’extrémisme violent ».

Dans la même catégorie