APS L’ASSU OFFRE DES CONSULTATIONS MÉDICALES GRATUITES POUR LANCER SES ACTIVITÉS ANP Niamey : Lancement des initiatives de la BIT sur les sciences et la finance islamique ANP Bientôt un complexe commercial de l’université islamique à Niamey MAP Nigeria: six soldats tués dans une attaque de Boko Haram APS LE PM LANCE LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES DANS LE SALOUM AIP Côte d’Ivoire: Des résultats probants enregistrés à la caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) AIP Côte d’Ivoire: Un homme se suicide pour protester contre la conversion de sa femme au christianisme AIP Côte d’Ivoire: Les musulmans de Tiassalé invités à taire leurs querelles MAP La 2ème édition des rencontres africaines d’intelligence économique à Dakhla en juin prochain MAP Burundi: une famille de six personnes décimée par des pluies diluviennes

Forum International sur la Paix et la Sécurité en Afrique : Les droits humains parmi les thématiques au programme


Dakar, 02/11/2018 (MAP) – La capitale sénégalaise accueille, les 5 et 6 novembre courant, la cinquième édition du Forum International de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique marquée, comme innovation majeure, par l’introduction d’un thème relatif aux droits humains dans le programme de la manifestation.

Les travaux du Forum organisé par le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais avec la collaboration scientifique du Centre des hautes études de défense et de sécurité (CHEDS) du Sénégal et de la Compagnie européenne d’intelligence stratégique (CEIS), se dérouleront au Centre International de Conférences Abdou Diouf (CICAD) de Diamniadio, à une trentaine de kilomètres de Dakar.

La 5ème édition mettra en exergue « les liens interdépendants et indissociables entre paix et sécurité, développement et droits de l’homme, trois piliers qui fondent autant qu’ils aiguillonnent l’action et l’engagement du Sénégal au plan international », indique un communiqué du ministère sénégalais des Affaires étrangères.

L’introduction des droits humains dans les thématiques du 5è Forum est liée à la volonté de créer un lien entre la paix et la sécurité avec le respect des droits de l’homme, a souligné le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Sidiki Kaba.

« La meilleure façon de préserver la paix, c’est de s’assurer dans un premier temps dans nos pays que les principes démocratiques, le respect des droits de l’homme et de l’Etat de droit soient respectés et que le socle sur lequel cela repose soit le respect des libertés individuelles et des libertés publiques », a-t-il notamment déclaré lors d’une interview avec des médias publics sénégalais.

« Les droits humains constituent un facteur de paix, un vecteur de stabilité. La réflexion va se concentrer sur ce thème en amenant les différents acteurs à voir dans quelle mesure les droits de l’homme peuvent renforcer la paix en sachant que leur non-respect peut être un facteur de déstabilisation », a expliqué M. Kaba.

Plus de 600 participants représentant les autorités politiques, le corps diplomatique, des services de défense et de sécurité, des universitaires ainsi que des membres de la société civile et des collectivités locales, sont attendus au Forum de Dakar.

Le programme prévoit trois séances plénières, assorties chacune de trois ateliers et d’une conférence.

Les séances plénières porteront sur les thèmes « Droits, justice et libertés face aux enjeux sécuritaires », « Enjeux de l’opérationnalisation du lien entre développement et sécurité durables » et « Perspectives de coopérations internationales dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent ».

Des conférences au programme du Forum se pencheront sur les thèmes suivants : « Systèmes judiciaires et sécurité : Quelles coopérations régionales et internationales ? », « Sécurité et développement en Afrique : quelles coopérations pour une paix durable » et « Réforme de l’Union Africaine (UA) et partenariats multilatéraux : comment faire évoluer les appuis aux opérations de paix africaines ? ».

Le Forum de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique est né, rappelle-t-on, de la volonté des chefs d’Etat et de gouvernement africains, réunis au Sommet de l’Elysée en décembre 2013.

Dans la même catégorie