AIP Ladji Abou Sanogo installé officiellement dans ses fonctions de délégué général de l’UNJCI ACP La pastèque augmente la vitalité des vaisseaux sanguins, selon un médecin ACP Dr Nico ou génie artistique dans le fondement de la musique congolaise moderne (Arthur Kayumba) ACP La 20ème édition du Festival national de Gungu confirmée du 24 au 28 septembre 2020 au Musée national de la RDC AGP Siguiri/Société : Renforcement des capacités des jeunes au montage des projets. AGP Mamou/environnement : 10 hectares de forêts reboisés par les chasseurs de Teguereya APS LE PROJET GOYN PRÉSENTÉ AUX ACTEURS DE DIOURBEL APS LE CORONAVIRUS IMPOSE SA LOI AUX ASC APS COVID-19 : LE PIB RÉEL DU SÉNÉGAL SE CONTRACTERA DE 0,7 % EN 2020 (FMI) APS 30 FILLES DU CENTRE SAUVEGARDE DE THIÈS FORMÉES EN COUTURE

Gabon : Erlyne Antonela Ndembet-Damas auditionnée sur le projet de loi portant modification du statut particulier des personnels de la Sécurité pénitentiaire


  12 Septembre      6        Justice (865), Société (22909),

   

Libreville, 12 Septembre (AGP) – La Commission des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de la Défense nationale à l’Assemblée a auditionné le vendredi 11 septembre 2020 le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Chargé des Droits de l’Homme, Erlyne Antonela Ndembet-Damas, sur le projet de loi portant modification de l’article 93 de la loi n°17/93 portant statut particulier des personnels du corps autonome paramilitaire de la Sécurité pénitentiaire.

Dans son exposé des motifs, le ministre de la Justice a relevé que ce projet de loi vise à s’arrimer aux dispositions prévues à l’article 149 de la loi n° 00001/2005 du 04 février 2005 portant statut général de la Fonction publique, relatives à l’âge de départ à la retraite des agents publics.

Cette modification va permettre de corriger les manquements observés dans les dispositions actuelles de l’article 93 d’une part et permettre aux personnels de la sécurité pénitentiaire de faire valoir leurs droits à la retraite dans les mêmes formes et conditions que les personnels des autres forces de défense et de sécurité, d’autre part. De même, ils pourront rentrer immédiatement dans leurs droits, dans les conditions prévues par les textes en vigueur.

Ainsi, les nouvelles limites d’âges prévues s’étendent en fonction des différents grades, de 55 ans pour les agents de première classe à 65 ans pour les inspecteurs de 3ème grade et hors grade et pour les médecins et dentistes affectés dans le corps. En ce qui concerne les officiers et inspecteurs, le texte institue la mise en deuxième section des inspecteurs, deux ans avant leur mise effective à la retraite.

Par ailleurs, la modification permet de préciser les conditions de départ à la retraite des agents selon l’article 93 nouveau : «La mise à la retraite des personnels de la Sécurité pénitentiaire est prononcée: 1/sur demande, pour tout agent ayant accompli quinze ans de service minimum; 2/ sur demande appuyé par un avis médical; 3/ d’office en cas d’invalidité; 4/ d’office pour les agents ayant atteint la limite d’âge en tenant compte des grades».

La phase des débats a été l’occasion pour le membre du gouvernement de rassurer les parlementaires qui ont émis quelques préoccupations quant à l’amélioration des conditions de travail des agents de la Sécurité pénitentiaire et quant à l’amélioration des conditions de détention, tout ceci s’inscrivant dans la droite ligne du discours de politique générale du Premier ministre, Chef du gouvernement, Ali Bongo Ondimba.

AGP/FSS (Source ministère de la Justice)

Dans la même catégorie