AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le Conseil régional du N’zi équipe 30 jeunes coiffeurs de Dimbokro AIP Côte d’Ivoire/ Une rencontre sur l’amélioration des pratiques dans l’enseignement du Français à San-Pedro AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La mairie de Yopougon projette la construction de salles de classes au primaire et préscolaire GNA Gov’t returns 40% of land acquired for diary farms in Danfa to original owners GNA Institute of Directors Ghana holds 3rd Excellence Awards GNA Voting for CPP is best value for real change—CPP AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Kong souhaite l’achèvement des chantiers de développement durant le quinquennat d’Alassane Ouattara AIP Côte d’Ivoire/ La mairie va réglementer la gestion des boues de vidange à San-Pedro AIP Côte d’Ivoire/ Un programme triennal de plus de 12 milliards FCFA pour le conseil de San-Pedro GNA Police recruits asked to desist from political discussions

Gabon : L’AGASA en guerre contre une alimentation insalubre


  23 Octobre      10        Société (25354),

   

Libreville, 23 Octobre (AGP) – L’agence gabonaise de sécurité alimentaire (AGASA) se lance depuis quelques temps dans le contrôle de tous les opérateurs alimentaires de la capitale gabonaise. Le constat est alarmant. C’est ce qu’a dénoncé la directrice de l’AGASA, Alia Maheva Bongo Ondimba, sur son compte Facebook.

«Une alimentation sûre, saine et salubre», c’est le nouveau cheval de bataille de la directrice de la l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire, Alia Maheva Bongo Ondimba qui s’est exprimée sur sa page Facebook. «Nous disons NON à tous ces opérateurs alimentaires qui tuent un peu plus les consommateurs. Nous disons NON à cette fatalité car chaque consommateur est en droit de boycotter ces opérateurs irresponsables en choisissant de les dénoncer et refuser de consommer dans ces conditions inhumaines», a-t-elle martelé.

Les opérateurs alimentaires sont longtemps restés sans suivis permanent de la part de la sécurité alimentaire. Certains sont moins regardants dans les règles d’hygiènes dans leurs espaces de commerce. Nombreux sont ceux qui sont déjà retrouvés malades d’une gastro-entérite après avoir consommé dehors. C’est le cas de Gidexine qui s’est plaint d’un écoulement après avoir mangé des cotis à emporter. Pareil pour Lionel après avoir mangé des brochettes de poulet dans un endroit réputé en matière de braise à Libreville. Conséquence, il n’a pas pu se rendre à son lieu de travail à cause d’une diarrhée.

À cet effet, la directrice de l’AGASA a annoncé que «Très bientôt dans le secteur de la restauration (restaurants, cafétérias), nous mettrons en place, des outils qui permettront de connaître le listing des établissements agréés, qui répondent aux conditions sanitaires et d’hygiènes et ceux dont les conditions sont des plus honteuses, afin de dénoncer les « criminels alimentaires. Je mange dehors et j’ai le droit de manger proprement ! Voilà ce que les consommateurs que nous sommes tous revendiquons. Ensemble, nous disons STOP à ces pratiques. L’AGASA n’est ni omniscient, ni omniprésent, ni omnipotent, c’est via le rôle que nous jouerons tous que la sécurité alimentaire dans notre pays deviendra une réalité», a-t-elle indiqué.

Aussi, la Direction de l’Inspection et des Contrôles Sanitaires et Phytosanitaires conduite par son directeur, Davy Franck Ngouessi, a procédé le mardi 20 octobre 2020, à la fermeture provisoire de certaines structures en attendant que ces opérateurs se mettent aux normes. Il s’agit d’une cafétéria dans la commune d’Akanda (au premier campement) et deux cafétérias à Owendo (derrière la station Petro).

En effet, l’AGASA exhorte les opérateurs à plus de sérieux dans l’exercice de leurs activités d’une part et d’autre part, exhorte les consommateurs à faire le bon choix des lieux dans lesquels ils se restaurent.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les infections gastro-intestinales dues aux bactéries, virus et parasites présents dans les aliments, sont responsables de plus de 420.0000 morts par an dans le monde.

Dans la même catégorie