AGP Le SEENA s’interroge sur l’avenir de l’éducation au Gabon AGP «Il n’y a aucun conflit entre le Gouvernement et les ordres religieux» (Ministre de l’Intérieur) AGP Gabon : Le Gouvernement allège le couvre-feu d’une heure AIP Côte d’Ivoire-AIP/ 44 nouveaux cas de COVID-19 et 57 guéris le 26 septembre 2020 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ L’arrêt de la Cour africaine des droits de l’Homme est nul et de nul effet (Ouattara) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Visite d’Etat: Le quartier Marahoué de Bouaflé accède à l’électricité ANP Niger : Le Japon fait don de matériels de secours d’urgence aux victimes d’inondations MAP Six « volontaires » antijihadistes tués au Burkina MAP Côte d’Ivoire: les appels de l’opposition à la « désobéissance civile » n’iront nulle part (Ouattara) MAP Le Président kényan ordonne au gouvernement de moderniser et de rénover neuf stades d’ici fin décembre

Gabon : Le corps d’Olivier Youbounangoye retrouvé dans l’Ogooué


  25 Août      93        Société (23118),

   

Libreville, 25 Août (AGP) – Le corps sans vie du secrétaire général adjoint du ministère des Mines, Olivier Youbounangoye, a été retrouvé ce mardi aux environs de 11 heures après un rituel dans les eaux de l’Ogooué proche de Ndjolé, apprend-on de sources familiales.

Olivier Youbounangoye, actuel secrétaire général adjoint du ministère des Mines, avait disparu le dimanche 23 août écoulé, dans les eaux de l’Ogooué à Ndjolé, le chef-lieu du département de l’Abanga Bigné, dans la province du Moyen-Ogooué (Centre), précisément non loin de la gare d’Alembé. Il se serait rendu à Ndjolé, le week-end écoulé, avec quelques-uns de ses frères et enfants pour y superviser ses travaux de construction à hauteur d’Alembé.

Selon les premières informations recueillies auprès de sa famille, il aurait soudainement exprimé une curieuse envie de tenter une traversée de l’immense fleuve à la nage aux environs de 10h 20 minutes. Plusieurs de ses vidéos, prises par lui-même avant sa plongée, circulent actuellement dans les réseaux sociaux, confirmant son projet de traverser l’Ogooué à la nage jusqu’à la gare ferroviaire d’Otoumbi.

«Bonjour ma miss, je suis, comme tu le vois, sur un site paradisiaque au bord de l’Ogooué. Je suis entrain de faire une étude de terrain, et j’ai envie de traverser l’Ogooué à la nage. Mais ceux qui sont avec moi ont tellement peur. Donc je leur demande de me filmer», a-t-il dit dans sa vidéo avant sa plongée.

«Le courant l’a entraîné si bien que l’eau va très vite par là. J’ai tenté de le suivre au bord jusqu’à ce que nous l’ayons perdu de vue. Nous sommes allés chercher le moteur de la pirogue à cinq kilomètres. Puis, nous avons mis une équipe à l’eau jusqu’à 18h. En même temps, je me suis rendu vers 13h pour la déclaration auprès de la gendarmerie. Ce matin les recherches vont se poursuivre. En conclusion il avait mûri déjà son acte, car il a envoyé des vidéos et certaines pistes pouvant accéder au code de son téléphone. Ces vidéos nous les gardons d’abord au niveau familial», a confié un membre de sa famille présent au moment de la plongée.

Aux dernières nouvelles, c’est ce mardi vers 11 heures que le corps du disparu est remonté en surface après un rituel sur place des autochtones en présence de quelques membres de sa famille.

Plusieurs questions taraudent les esprits des membres de sa famille et des amis actuellement. Pourquoi a-t-il tenté un acte qui relève plus du suicide que de la bravoure de la part d’un responsable de ce rang? Au regard de la puissance des eaux de ce fleuve, quel mal lui aurait subitement pris pour tenter pareille mésaventure dont les conséquences ne pouvaient être que désastreuses?

Rappelons qu’il y a plusieurs années, dit-on, des touristes Européens auraient disparu exactement au même endroit et dans les mêmes conditions sans qu’aucune trace, encore moins aucun de leurs corps eut été retrouvé.

Dans la même catégorie