GNA HUAWEI introduces huge storage, stellar audio setup Y6s smartphone GNA NPP’s number one position is a step forward- Veep GNA ARB Apex Bank opens branch in Koforidua ANP Dr Abdallah Souleymane candidat investi par le parti ‘’Niger en Avant’’ candidat aux élections présidentielles 2020-2021. ANP Fin à Zinder de l’atelier de sensibilisation des Médias sur la participation politique des femmes ANGOP Covid-19: Angola regista 197 novas infecções GNA Eastern Regional NABCO trainees celebrate two years of working GNA I wish you die in prison-Judge to convict who defiled his two-year-old granddaughter GNA Cocoa Management System is an innovation for smooth implementation of Cocoa Farmers’ Pension Scheme -Veep AIP Côte d’Ivoire: COMMUNIQUE DU MINISTERE DE LA SANTE ET DE L’HYGIENE PUBLIQUE

Gabon: Le gouvernement invité à mettre en place des programmes d’appui à la transformation de l’Agriculture


  24 Septembre      7        Agriculture (1616),

   

Libreville, 24 Septembre (AGP) – Intervenant à l’occasion de la clôture de la 2ème session ordinaire du Conseil économique, social et environnemental (CESE), le président de cette institution, René Ndémezo’Obiang, a appelé, ce jeudi 24 septembre, le gouvernement à orienter les politiques publiques vers la mise en œuvre des programmes d’appui à la transformation de l’agriculture gabonaise.

La cérémonie de clôture de la deuxième session ordinaire du Conseil économique, social et environnemental (CESE), a vu la présence des conseillers de la République, du gouvernement conduit par le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, et des représentants du corps diplomatique.

L’appel lancé par le président du CESE est conforme aux conclusions des travaux qui étaient axés sur le au thème central intitulé: «Comment concilier les impératifs de sécurité alimentaire et de sécurité sanitaire face à la pandémie de la Covid-19».

«Il importe d’orienter les politiques publiques vers la mise en œuvre effective des programmes d’appui à la transformation de l’Agriculture gabonaise, notamment dans une perspective d’amélioration de la compétitivité des produits alimentaires, d’adaptation à l’évolution de la demande des consommateurs», a déclaré René Ndémezo’Obiang, avant d’exprimer son approbation pour le Plan stratégique de sécurité alimentaire élaboré par le gouvernement visant à réduire de moitié les importations des produits alimentaires à l’horizon 2022 et à garantir aux populations, en tout temps sur l’ensemble du territoire national, les aliments produits localement.

Tout en encourageant le gouvernement à opérer «une véritable révolution du foncier agricole» dans le but de faciliter aux opérateurs économiques l’accès au foncier, en tout équilibre dans la répartition des terres.

Dans cette optique, il a décliné les recommandations issues des travaux en commissions des conseillers de la République durant 21 jours. Notamment, au parlement de légiférer sur la réforme du cadre institutionnel en promulguant le projet de loi d’orientation du secteur agricole visant le secteur de la distribution à approvisionner à hauteur de 50% en produits locaux et d’utilisation d’au moins 20% de farine ou d’autres céréales locales.

A l’endroit du gouvernement, le CESE demande de prendre un arrêté pour interdire l’importation de viande, de poulets et de porcs, en application de l’article portant application de certaines dispositions de la loi numéro 14/98 du 23 juillet 1998 fixant le régime de la concurrence en République gabonaise.

Aussi, le CESE demande au gouvernement, d’intégrer dans les axes du Plan stratégique de sécurité alimentaire plusieurs dispositions. Il s’agit précisément de la révolution du foncier avec l’intérêt de l’agro-industrie aux produits locaux, d’un pôle de recherche mettant en place un système de monitoring des OGM, de la formation agricole en prenant en compte les agriculteurs villageois, d’un plan d’urgence alimentaire établissant la coopération entre les sociétés agro-industrielles et les planteurs villageois, d’un dispositif sanitaire aux frontières associant les populations environnantes ainsi que d’un projet de loi d’orientation à faire adopter par le parlement.

Précisons que la tenue de cette deuxième session qui s’achève est conforme à la Constitution qui dispose dans son article 99 que le Conseil économique, social, et environnemental se réunit chaque année en deux sessions ordinaires de 21 jours dont la première s’ouvre le troisième mardi du mois de février et le second le premier mardi de septembre.

Dans la même catégorie