AIP Sortie officielle du mouvement « les jeunes motivés de Zozoribougou » à Korhogo AIP Des OSC du Bounkani renforcent leurs capacités sur le concept et les outils de la redevabilité sociale AIP COVID-19: 16 nouveaux cas et 52 guéris le 22 septembre 2020 AIP La région de la Marahoué, capitale de la Côte d’Ivoire le temps d’une visite d’État APS COVID-19 : LA QUASI-TOTALITÉ DES CHEFS DE MÉNAGES APPLIQUENT AU MOINS UN GESTE BARRIÈRE (ÉTUDE) APS UN PROTOCOLE SANITAIRE ÉLEVÉ SUR LA LIGNE MARITIME ZIGUINCHOR-DAKAR (COMMANDANT) APS CASAMANCE : UN PROJET D’ÉNERGIE SOLAIRE CIBLE 21.000 FEMMES RURALES (PROMOTEURS) APS RÉMUNÉRATION SUR COPIE PRIVÉE : LA COMMISSION REMET SA DÉCISION À LA TUTELLE APS PLAIDOYER POUR ’’UN RÔLE ACTIF’’ DES FILLES ET DES FEMMES DANS LA GESTION DES RESSOURCES ÉNERGÉTIQUES APS PERTES D’EMPLOIS, DIMINUTION DE REVENUS : LA MAJORITÉ DES MÉNAGES IMPACTÉE PAR LA CRISE SANITAIRE (ANSD)

Gabon: Les populations de Mokabo exigent à la société forestière GWI le respect du cahier des charges


  9 Septembre      6        Société (22942),

   

Libreville, 9 septembre (AGP)- Le directeur provincial des Eaux et Forêts de la Ngounié, Pascal Ondo Mbeng, a présidé le week-end écoulé, une réunion générale au village Mokabo dans le canton Dikoka (département de la Douya-Onoye), à 18 km de Mouila, capitale provinciale. Au cours de ce conclave, les populations impactées par la société d’exploitation de bois, Gabon Wood industrie (GWI) ont exigé le respect du cahier des charges contractuel au comité de gestion des projets en leur faveur, pour suspendre leur mouvement d’humeur entamé il y a deux semaines.
«Cette rencontre intervient suite à un mouvement d’humeur observé pendant deux semaines, par ces populations impactées dans leur zone de finage depuis l’année 2014, par GWI qui emploie aussi une main d’œuvre locale. Et, vu l’impact en perte de productivité, il était impératif que les parties prenantes se retrouvent avec l’administration, pour taire les divergences. L’ordre du jour était axé principalement sur le non respect de l’arrêté numéro 105 fixant le modèle du cahier des charges contractuel prévu à l’article 251 du 31/12/2001 portant code forestier en République gabonaise, par le concessionnaire forestier GWI», a expliqué un participant.

Au cours des échanges, il est apparu que les populations réclament des productions de l’assiette annuelle des coupes (l’AAC) pour 2018, restées jusqu’à ce jour erronées. De même que le fonds de développement local (FDL) alloué aux populations de Mokabo par la société, estimé à 56 millions de francs CFA, dont les traces demeurent invisibles. C’est donc en de telles périodes que le comité de gestion et de suivi des projets (CGSP), est attendu en tant qu’accompagnateur, pour jouer son rôle, a-t-on appris.

Pour suspendre le mouvement d’humeur, les populations du village Mokabo ont exigé l’achat d’un groupe électrogène de 60KWA pour l’électrification des maisons, relevé que les rebuts ou bois déclassés ne soient plus enterrés ou brulé mais mis à la disposition des habitants pour la réhabilitation et construction des maisons, l’achat impératif des médicaments pour le dispensaire local. D’ailleurs, elles ont donné un délai de deux semaines à GWI pour exécuter ces différents points.

Selon la décision des populations impactées, «si rien n’est fait jusqu’au 15 septembre 2020, le piquet de grève sera reconduit», a précisé l’un des participants à ce conclave.

Le président du Conseil départemental de la Douya-Onoye, Joseph Mokambo Divisso, le représentant des populations M. Nziengui, le directeur général de GWI, M. Norman et son adjoint Khan Chee, ont également pris part à cette réunion.

Dans la même catégorie