APS LA CJRS VOLE AU SECOURS DU JOURNAL LES ECHOS APS L’ETAT ET LES ACTEURS JUDICIAIRES INVITÉS À TROUVER « UNE SOLUTION HEUREUSE » À LEURS DIVERGENCES APS JOURNÉE DE L’ARBRE : DES ASSOCIATIONS VALIDENT LE CHOIX PORTÉ SUR LE BAOBAB GNA Effective planning, implementation and public cooperation is our magic-EC GNA President congratulates five Ghanaians for completion of AOGC programme in Canada GNA Bryan Acheampong Foundation provides potable water for five communities GNA Police hunts for eight hooligans for assaulting registration officials, others AIP Les populations de Gbéléban instruites en matière de prévention des menaces sécuritaires GNA Parliament suspends Fiscal Responsibility Rules for 2020 GNA Huawei overtakes Samsung as top handset seller in 2020 second quarter

Gabon : Plus de 152 millions USD du FMI pour juguler l’impact du Covid-19


  31 Juillet      4        Monde (339),

   

Libreville, 31/07/2020 (MAP)- Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé, vendredi, en faveur du Gabon un décaissement de 152,61 millions de dollars (environ 84 milliards de FCFA) au titre de l’instrument de financement rapide ((IFR) pour aider le pays à faire face à la pandémie de Covid-19.

Il s’agit du deuxième financement accordé au pays au titre de l’IFR après celui d’avril dernier (147 millions de dollars américains). Le but étant d’aider le Gabon à satisfaire les besoins urgents de financement de la balance des paiements qui résultent de la pandémie de Covid-19, indique l’institution de Bretton Woods.

Selon le FMI, les autorités ont mis en œuvre des mesures louables pour limiter la propagation de la pandémie de Covid-19. Toutefois, depuis l’approbation du premier achat au titre de l’IFR, le 9 avril 2020, la diminution de la demande extérieure et l’intensification des effets des mesures d’endiguement ont davantage dégradé les perspectives de croissance et aggravé les positions extérieure et budgétaire du pays.

La baisse de l’activité intérieure et les répercussions des mesures liées à la crise sur les recettes non pétrolières et les dépenses, combinées aux pertes de recettes pétrolières, sont source de fortes pressions sur les finances et la dette publiques, a expliqué l’institution financière.

A cette occasion, le directeur adjoint du FMI, Mitsuhiro Furusawa, a souligné que les administrateurs ont pris « acte des progrès réalisés par les autorités dans la mise en œuvre de mesures immédiates visant à limiter la propagation du virus et à en atténuer les répercussions sociales et économiques ».

Cependant, a ajouté M. Furusawa, ils ont noté « qu’une nouvelle détérioration de la conjoncture mondiale et une intensification des effets de la pandémie de Covid-19 ont considérablement assombri les perspectives macroéconomiques depuis le premier achat au titre de l’IFR, ce qui a créé de nouveaux besoins de financement », précisant que « la nouvelle demande au titre de l’IFR fournira un soutien budgétaire et contribuera à catalyser un soutien supplémentaire de la part des partenaires au développement ».

Dans la même catégorie