APS LES POPULATIONS INVITÉES À S’APPROPRIER SEN’EAU, « UN PATRIMOINE À 55 POUR CENT SÉNÉGALAIS’’ APS MÉDINA BAYE VA CÉLÉBRER LE MAOULOUD DANS LE RESPECT DES GESTES BARRIÈRES (PORTE-PAROLE) APS LE CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA MAGISTRATURE SAISI DU RAPPORT DE L’IGAJ SUR TÉLIKO APS REPLI DE 2, 5 % DU PIB AU 2E TRIMESTRE (ANSD) APS LES DÉCHETS PLASTIQUES, UNE « MENACE GRAVE » POUR LA PLANÈTE ET LES OCÉANS (PRÉSIDENT CAOPA) APS VERS UN UN GROUPE DE TRAVAIL PLURIDISCIPLINAIRE DU PROJET « DUNDËL SUUF’’ À SÉDHIOU APS LA BAD INTÈGRE LE CONSEIL D’ADMINISTRATION DU FORUM MONDIAL SUR L’INVESTISSEMENT (COMMUNIQUÉ) APS GESTION DES ORDURES : LES PRN, UN PARI CONTRE LES ’’DÉPÔTS SAUVAGES’’ MAP Fièvre de la vallée du Rift en Mauritanie: trois morts MAP UEMOA : la croissance prévue à 1,3% en 2020

Gabon : Reprise timide des activités économiques à Minvoul


  7 Septembre      11        Economie (9767),

   

Libreville, 07 Septembre (AGP) – Après six mois de fermeture liée à la pandémie du Covid-19, les petits commerces reprennent peu à peu leurs droits à Minvoul, le chef-lieu du département du Haut-Ntem (nord), a-t-on constaté.

Certes ce n’est pas encore l’ambiance coutumière au marché, mais certains commerçants sont déjà de retour. On trouve déjà du manioc, du poisson fumé, de la tomate, etc. Seul bémol, la majorité des boxes municipaux qui font office de restaurants et bistrots sont encore fermés.

«Nous n’avons pas encore l’autorisation de reprendre, mais en raison des charges, je prépare et vends en cachette», nous explique à voix basse une commerçante camerounaise qui nous a laissé discrètement entrer à l’intérieur du box qu’elle tient au marché.

Tout autour cependant, fripiers, vendeurs de viande braisée, coiffeurs, et autres commerçants informels sont eux aussi de retour et ont retrouvé leur place aux côtés des épiceries et des supérettes qui elles n’ont jamais fermé.

De manière générale, apprenons-nous, les autorités font ici preuve d’indulgence. Normal, après six mois de confinement partiel, l’économie locale est exsangue.

«Les autorités tolèrent qu’on ouvre les bistrots, à condition que les clients consomment à l’intérieur et sans faire du bruit», explique cette jeune gabonaise, Danielle M. propriétaire d’un troquet au quartier Akoun’Ntang.

Curieux tout de même, comparativement à Oyem où les bistrots sont désormais bel et bien grandement ouverts.

Minvoul le chef-lieu départemental du Haut Ntem sort donc peu à peu de la torpeur imposée par l’état d’urgence sanitaire lié au coronavirus.

Dans la même catégorie