AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020 : une centaine d’Imams du Gôh prient pour des élections apaisées AIP Côte d’Ivoire-AIP/Des kits scolaires remis aux enfants d’employés d’une parfumerie ANGOP Covid-19: Angola regista 79 novos casos GNA Let NPP’s collective goal override your personal interests – Bawumia GNA Government to revamp Yendi, Navrongo, Mole airstrips in October GNA RMU to set up Centre of Distance Learning GNA Ghana Standards Authority trains 40 Extension officers in Ashanti Region GNA Tears flow as court remands alleged secessionists GNA Deputy Trade Minister launches second edition of Ghana Women Entrepreneurs Summit GNA Shelter for Domestic Violence survivors to be ready by close of year

Gabon: Une importante quantité d’ivoire d’éléphant et des dents d’hippopotame saisie à Tchibanga


  15 Juillet      13        Société (23164),

   

Libreville, le 15 Juillet (AGP)- Deux présumés trafiquants, Jean Almend Makaya, de nationalité gabonaise, et Tidjani Idriss Bola-Nle Aramou, de nationalité béninoise, ont été appréhendés, le vendredi 10 juillet dernier, pour détention illégale d’ivoire, transport et commercialisation des trophées d’espèces protégées, à Tchibanga, chef-lieu de la province de la Nyanga dans le Sud du Gabon.
L’arrestation de Jean Almend Makaya (Gabonais) et Tidjani Idriss Bola-Nle Aramou (Béninois), a eu lieu le vendredi 10 juillet 2020, par les agents de l’antenne provinciale de la Police Judiciaire (PJ) de Tchibanga et la Direction provinciale des Eaux et Forêts de la province de la Nyanga.

L’équipe d’intervention appuyée par les agents de l’Organisation non gouvernementale (ONG) Conservation justice, ont mis la main sur les indélicats suite à une information sur une transaction prévue se tenir dans la ville de Tchibanga.

«C’est en après-midi, que l’équipe s’est déployée sur les lieux indiqués pour la transaction qui devait se faire. Deux individus ont été surpris en plein marchandage alors que des pointes d’ivoire et des dents d’hippopotames étaient posées au sol. Il s’agit précisément de 4 pointes d’ivoire et de 16 dents d’hippopotames. Des trophées tirés de deux espèces intégralement protégées par la Loi», a déclaré une source proche du dossier.

Conduits au poste de police pour y être entendus, ils ont été finalement placés en garde à vue en attendant d’être présentés devant le parquet de la République. Selon les nouvelles dispositions judiciaires sur le trafic d’espèces protégées, ils risquent une peine maximale de dix (10) ans de prison et une lourde amende.

L’ONG Conservation Justice relève que malgré le contexte de confinement qu’impose la lutte contre le virus covid-19, les trafiquants poursuivent leurs actes illicites.

Dans la même catégorie