GNA More than 5, 800 centres open for EC’s exhibition exercise in Ashanti Region GNA Voters commend EC for SMS verification platform GNA Veep supports Strategic National Stockpile establishment to tackle health emergencies GNA Government urged to develop a comprehensive cervical cancer control plan GNA Voter Register Exhibition begins smoothly but on low key GNA Peace Council to hold 2020 national youth for peace summit GNA Odweanoma Paragliding site to be commissioned during ‘Yenko Kwahu’ Festival GNA Ghana is making moderate progress in nine SDGs APS INONDATIONS : 271 FAMILLES SINISTRÉES RECASÉES SUR UN SITE DE KEUR MASSAR APS PLAN ORSEC : UNE LARGE PART SERA RÉSERVÉE À DIOURBEL, PROMET ALY NGOUILLE NDIAYE

Gabon/À la veille de la fête de Tabaski: les foyers musulmans s’activent à Libreville malgré la Covid-19


  31 Juillet      15        Santé (7357),

   

Libreville, le 31 Juillet (AGP)- Pour la première fois au Gabon, comme dans le reste de la planète, la fête de la tabaski sera célébrée sans la grande prière de circonstance à cause la Covid-19. Elle donne aux musulmans l’occasion de se retrouver entre eux et partager ces moments dans la gaité. À la veille de cette célébration, plusieurs foyers musulmans s’activent tant bien que mal en mettant les petits plats dans les grands.

Même si cette année, pour des raisons sanitaires, ils n’iront pas à la mosquée comme d’habitude, mais il y a quand même une organisation prévue pour prier et festoyer dans leurs maisons, dans le respect des mesures barrières liées à cette pandémie du coronavirus. Pour beaucoup, la fête s’annonce bien malgré tout.

«On priera à la maison comme il y a un problème sanitaire dans le pays et dans le monde entier. Il faut qu’on respecte les mesures recommandées par les autorités», a indiqué Faufana Ali, Malien habitant le quartier à Atsibe Ntsos, avant d’ajouter «on ne fête pas parce qu’il y a la maladie, on est obligé de fêter seul à la maison».

Un peu plus loin, Sissoko Issoufou, a pour sa part remercié le Tout-Puissant pour avoir permis de voir ce grand jour. Pour lui, cela fait plaisir à tous les musulmans et non musulmans. «Nous remercions aussi le gouvernement pour avoir organisé les choses devant cette pandémie», a-t-il ajouté.

À Nkembo, dans le 2e arrondissement de Libreville, Mariame, une jeune musulmane partage le même avis: «cette année il n’y a pas la fête, parce qu’on ne peut pas se rendre à la mosquée».

Dans la même catégorie