APS JOSEPH KOTO SE VERRAIT PLUS À LA TÊTE D’UNE ÉQUIPE NATIONALE QUE D’UN CLUB APS COVID-19 : DAKAR ET THIÈS RESTENT SOUS COUVRE-FEU POUR HUIT JOURS SUPPLÉMENTAIRES APS RÉFRACTAIRE AU TRAFIC D’INFLUENCE, MARÈME FAYE SALL POUR DES SOLLICITATIONS DIRECTES APS JOSEPH KOTO : ‘’C’EST DIFFICILE DE SUIVRE LE CHAN SANS LE SÉNÉGAL’’ APS LA MAIRIE DE DIAMNIADIO ADOPTE UN BUDGET ANNUEL DE PRÈS DE 3,4 MILLIARDS DE FRANCS CFA APS DES SCIENTIFIQUES SE PENCHENT SUR LA FIABILITÉ DES VACCINS CONTRE LE COVID-19 APS DES SÉNÉGALAIS DE PROVINCES CATALANES RÉCLAMENT UN CONSULAT DE PROXIMITÉ APS ABDOULAYE DIOP : « CHEIKH NGAÏDO BÂ ÉTAIT REMARQUABLE PAR SON ÉLÉGANCE SUR TOUS LES PLANS » APS GRAINES D’ARACHIDE : PLUS DE 46.000 TONNES COLLECTÉES, SELON MODOU DIAGNE FADA AIP COVID-19: Des cas graves en réanimation et sous assistance respiratoire (Ministère)

Gabon/Fegabab: Une élection à l’issue (in)certaine


  14 Décembre      16        Sport (4951),

   

Libreville, 14 Décembre (AGP) – L’hypothèse prend de plus en plus de l’ampleur à l’approche d’un scrutin que l’on annonce riche en rebondissements. La cause: un collège électoral que certains spécialistes de la discipline disent être façonné et favorable pour faciliter la victoire d’un des deux candidats.

Le basket-ball gabonais a cette année visiblement plus fait parler de lui en dehors que sur le terrain à en croire la forte mobilisation des pratiquants, acteurs de la discipline et autres campagnes de communication entourant l’élection très attendue et à avenir du 19 décembre prochain qui oppose Tim Remanda à Conrad Willy Asseko. Un scrutin à multiples enjeux, à l’issue (in)certaine et qui s’annonce d’ores et déjà assez mouvementé mais surtout riche en rebondissements au regard d’un processus électoral que l’on dit dans le milieu «taillé» à la mesure d’un des deux candidats afin de faciliter à ce dernier, une victoire au soir du 19 décembre prochain.

Il faut dire que cette élection qui passionne tant, n’a pas fini de dévoiler ses mystères et intrigues à mesure que l’on approche la date fatidique du 19 décembre. Date au cours de laquelle l’on espère connaitre le nom de l’homme qui aura la lourde mission de faire renaitre le basket-ball gabonais de ses cendres, si apaisement il y’en a. Car il en va aussi de l’espérance de vie, disons plus tôt de survie, d’une discipline qui se «meurt» peu à peu et dont il va falloir très vite réoxygéner pour éviter le pire. Comme ce fut notamment le cas en taekwondo, faute de consensus.

Et pour ce qui est de la Fédération gabonaise de basket-ball (Fegabab) et son bureau sortant, rien n’a semble-t-il été fait dans les règles de l’art pour permettre une transition en douce et entrevoir une sortie de crise au regard de la façon dont les choses ont été faites. Certaines sources évoquent un collège électoral taillé sur mesure pour favoriser la victoire du candidat Willy Conrad Asseko que l’on dit proche du président sortant, Léopold Evah. «Une sorte de ‘’deal’’, qui garantirait ce dernier le droit de continuer à exister dans le monde du basket-ball national mais également continental», a indiqué une source anonyme. Laquelle a également fait part du poste d’instructeur à la Fiba Africa dont Léopold Evah, s’était positionné et obtenu au profit du coach Blaise Baleketa, et dont l’élection de Conrad Willy Asseko, à la tête de la fédération, pourrait très vite être confirmée au niveau de l’instance africaine. La matérialisation de ce «arrangement d’arrière-boutique», comme l’a décrit un membre de l’équipe du candidat Tim Remanda, se traduit aussi par «la forte présence dans la liste de Conrad Willy Asseko de plusieurs éléments ayant servi aux côtés de Léopold Evah durant son mandat», assure-t-il. Il en est de même en ce qui concerne notamment le nombre de votants pour les différentes ligues, qui selon lui ne tient sur aucun élément tangible. «Le président sortant s’est lancé dans cette opération de sabotage pour la simple et unique raison que les associations et clubs de la Ligue de basket-ball de l’Estuaire (Libabe), ne se retrouvaient pas dans sa gestion. Il a donc juste trouvé le moyen de les écarter lors du vote», a-t-il ajouté.

Mais à voir de très près et sans être dans les secrets des dieux, difficile de ne pas se rendre à l’évidence que toute cette machination n’est que le prolongement dans la continuité du bras de fer, qui a longtemps mis en scène, le président de la Fédération gabonaise de basket-ball (Fegaba), Léopold Evah, et le président de la Ligue de basket-ball de l’Estuaire (Libabe), Dorland Bonango. Une manière de déporter le conflit sur un autre théâtre sans en changer les protagonistes. Etant donné que l’ancien président de la Libabe figure bel et bien dans le bureau de Tim Remanda. Autrement dit, une victoire de ce dernier le 19 décembre, proclamerait parallèlement aussi de facto celle de Dorland Bonango sur «son ennemi de toujours», Léopold Evah. C’est surtout cela, l’enjeu du scrutin.

Dans la même catégorie