GNA Nabdam NPP inaugurates COVID-19 Task Force GNA Government urged to support COA-FS formula against COVID-19 GNA Disinfection of markets in Volta, highly successful – Letsa ANGOP COVID-19: Angola regista décimo quarto caso positivo AIP Côte d’Ivoire-AIP/Covid 19: des populations rurales de Daloa craignent la faim dans leurs villages AIP Côte d’Ivoire-AIP/ COVID-19/ Le secrétaire d’Etat Siaka Ouattara offre des kits sanitaires à la population du Gontougo AIP Côte d’Ivoire-AIP/ COVID-19 : Le maire et les FDS de Bondoukou patrouillent pour s’assurer du respect du couvre-feu AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le Conseil régional de la Mé initie une caravane de sensibilisation contre le coronavirus GNA COVID-19: Ghana records marginal increment in cases GNA NPP to distribute GH¢5 million worth of PPE nationwide

Gabon/Fin de la plénière sur le Code du Travail: Consensus et satisfaction partagée


  11 Février      7        Economie (8143), Emploi (200), Entreprises (245),

   

 

Libreville, 11 Février (AGP) – Plus des ¾ des 415 articles du nouveau Code du Travail ont fait l’objet d’un consensus entre employeurs et travailleurs. Les dispositions qui ont connu un désaccord seront arbitrées par le gouvernement, après avis technique du Bureau international du Travail.

Démarrée dans une ambiance de méfiance générale, la plénière tripartite sur la Révision du Code du Travail s’est achevée le lundi 10 février 2020, sur un satisfécit partagé. C’est que les positions des travailleurs et du patronat ont été plus convergentes qu’autre chose, sur les amendements à apporter ou pas aux 415 articles de ce projet de révision du Code du Travail.

Ainsi, sur les 415 articles de ce texte, 222 ont été validés en l’état. 113 l’ont été avec amendements. 80 articles n’ont toutefois pas pu être évacués, parce qu’ayant fait l’objet de désaccords.

Ces désaccords vont être arbitrés par le gouvernement dans les semaines qui suivent. Mais avant, le gouvernement devra présenter le rapport final des travaux pour avis technique. Ce n’est qu’après cet avis qu’il réunira à nouveau le présidium de la plénière, pour trancher. Après quoi le texte poursuivra son circuit d’adoption au sein des instances nationales, dont au Parlement.

Recevant le rapport final, le chef du gouvernement, Julien Nkoghé Békalé, a tenu a rappelé les différentes étapes à venir, pour garantir la transparence du gouvernement, et maintenir ainsi le dialogue et la confiance. Pour ce qui est de la fin de la plénière, il a parlé d’un grand pas de fait.

«Même si le processus de réforme du Code du Travail est loin d’être terminé, il s’agit à ce stade, comme dans le cyclisme, d’une victoire d’étape décisive, que nous devons célébrer ensemble. Cette victoire d’étape n’est ni celle des organisations des travailleurs, ni celles des organisations des travailleurs, encore moins celle du gouvernement. C’est la victoire du dialogue social. C’est la victoire de l’intérêt général, à la gloire du Gabon», a-t-il dit aux participants à la plénière.

Avant lui, le ministre du Travail, de la Fonction publique, chargé du Dialogue social, Madeleine Berre, s’est elle aussi réjouie de ce que «les échanges fructueux ont permis de lever les équivoques, et de mieux cerner la problématique, l’esprit et la lettre du projet de révision du Code du Travail….Chacun a pu prendre conscience de la portée de cette réforme qui, loin de précariser les emplois et les droits des travailleurs, doit plutôt aboutir à une véritable modernisation de notre Code du travail, et permettre la garantie des emplois, la sécurisation du droit des travailleurs, et l’employabilité du plus grand nombre de gabonais».

Le représentant des employeurs, Alain Ba Oumar, a lui parlé d’ «un sentiment de satisfaction et de devoir accompli». Non sans appeler à ce que cette réforme, entamée depuis 2013, et qui a déjà consommé près de 6 ministres et 4 présidents de la CPG, aboutisse dans les meilleurs délais.

Le mot de la fin sied bien aux organisations de travailleurs qui, par la voix du leader syndical Louis Ngoma, ont comme laissé entendre que leur vigilance ne faiblira pas jusqu’à l’adoption finale de ce texte : «Si nous pouvons affirmer que les travaux effectués au sein des Commissions se sont bien déroulés, nous jugerons important de prévenir que les travailleurs seront très attentifs aux arbitrages qui seront faits par le gouvernement sur les points de désaccords entre organisations professionnelles des travailleurs et des employeurs», a-t-il déclaré. Place désormais à l’appréciation du BIT.

Dans la même catégorie