AIP Six morts dans un éboulement sur un site d’orpaillage près de Loho à Niakara AIP Psgouv 2020: plus de 200 pompes à motricité humaine réparées ou remplacées dans le N’zi AIP Le maire de Samatiguila reconnaissant à sa population pour la victoire de Ouattara MAP Nigeria : Au moins 110 civils tués dans une attaque terroriste MAP Football : Décès de l’ancien international sénégalais Bouba Diop à l’âge de 42 ans APS FOOTBALL : LA GAMBIE REMPORTE LE TOURNOI DE LA ZONE OUEST A DE L’UFOA APS DES ÉLÈVES DE SAINT-LOUIS SENSIBILISÉS SUR LES VIOLENCES BASÉES SUR LE GENRE ANP Maradi : le Chef de l’Etat lance les travaux d’aménagement et de bitumage de la route Mayahi-Tessaoua-frontière du Nigéria GNA NCCE urges political activists to eschew violence ahead of elections GNA CSOs urged to build stronger partnership to champion agro-ecology

Gabon/Journée internationale des droits l’enfant: Un Centre d’appel gratuit «Supermwana» pour les enfants victimes de violences


  20 Novembre      9        Société (25429),

   

Libreville, 20 Novembre (AGP) – À l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, le ministre gabonais en charge des Droits de l’Homme, Erlyne Antonela Ndembet-Damas, a inauguré officiellement ce vendredi 20 novembre 2020, le Centre d’appel gratuit 1412 pour enfants victimes de violences multiformes au Gabon.

Accompagnée du ministre des Affaires sociales et des Droits de la femme, Prisca Koho épouse Nlend, et du représentant adjoint de l’UNICEF, Donatien Tameko, la ministre de la Justice, Erlyne Antonela Ndembet-Damas a inauguré officiellement ce vendredi le Centre d’appel gratuit 1412, pour enfant victimes de violences multiformes dénommé «Supermwana».

«Avec supermwana, les familles et les enfants pourront plus facilement et rapidement dénoncer les violations et les abus sur les enfants qu’ils auront constatés ou dont ils seront informés par un tiers», a expliqué la Garde des Sceaux dans son discours.

Pour cette année, le thème retenu par l’Organisation des Nations Unies porte sur «Une journée pour réinventer un monde où tous les enfants comptent». Cette journée a également été marquée par la visite du ministre de la Justice, dans les orphelinats «Arc en ciel» et «Espoir», ainsi qu’au Centre d’accueil d’Angondjé avec la remise de quelques dons.

La Directrice de l’orphelinat Arc en ciel, Elisa Messera, n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance : «C’est avec un grand plaisir qu’on vous souhaite la bienvenue chez nous pour célébrer cette journée extrêmement importante», s’est-elle réjouie, tout en remerciant le ministre Erlyne Antonela Ndembet-Damas pour la mise en place d’un tribunal des mineurs par le Gouvernement.

Par ailleurs, elle a présenté au membre du gouvernement le nouveau projet de l’orphelinat, un projet audacieux et considérable, un projet qui veut soutenir les futures générations dans les défis auxquels elles sont confrontées. «Nous avons un terrain de 3 hectares qui pourra accueillir beaucoup d’enfants, plus que ceux que nous recevons aujourd’hui. Mais il y a des personnes qui occupent ce terrain. Nous avons besoin de votre intervention madame le ministre, afin que les enfants puissent bénéficier de leurs droits», a-t-elle mentionné.

Un message bien reçu par Erlyne Antonela Ndembet-Damas, qui a promis transmettre cette doléance au gouvernement afin de trouver des solutions favorables.

Cette journée rappelle l’adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies de la Convention relative aux Droits de l’Enfant, le 20 novembre 1989 au siège des Nations Unies à New-York. Ainsi, cet Accord international reste le plus universellement ratifié par les Etats, dont le Gabon en fait partie depuis le 9 février 1994.

Dans son préambule, cette convention internationale consacre la responsabilité de plusieurs acteurs dans la protection de l’enfant notamment, celle de l’Etat et des parents.

Dans la même catégorie