GNA Martin Amidu refutes reports of Presidency following his resignation GNA Gold Fields PGA Championship: Alfred Baku urges golfers to be discipline and professional MAP Sahara: Le Président congolais exprime sa solidarité avec le Maroc GNA Partial cash bailout processes begin- SEC MAP Le Maroc insiste à l’UA sur l’intégration au niveau des Communautés économiques régionales pour atteindre les objectifs de la ZLECAF MAP La Banque centrale du Kenya maintient inchangé son taux directeur à 7 pc ATOP OTI/ LA PARTICIPATION DES FEMMES A LA VIE PUBLIQUE ET POLITIQUE: UN DIALOGUE COMMUNAUTAIRE SUR LES VIOLENCES LIEES AU GENRE A MANGO ATOP TONE : UNE DELEGATION DE L’UNION EUROPENNE EN VISITE DANS LES SAVANES ATOP EDUCATION/ 2e EDITION DU « JOUR DU PROF DE FRANÇAIS » : DEUX CONCOURS DE DICTEE ET UNE CONFERENCE-DEBAT MEUBLENT LA CELEBRATION ACP Covid-19 : la RDC est à l’entrée d’une deuxième vague de l’épidémie due au relâchement des gestes barrières, selon le Dr Muyembe

Gabon/Mariage homosexuel à Makokou: le couple de lesbiennes déféré à la prison centrale


  11 Novembre      50        Société (25328),

   

Libreville, 11 Novembre (AGP) – Après leur interpellation, le lundi 09 novembre dernier par les officiers de la police judiciaire, les deux fiancés homosexuels, Patricia et Cathy, ont été déférées mardi à la prison centrale de Makokou pour détention préventive, en attendant le procès.

«Après avoir séjourné dans les locaux de la police judiciaire, les deux femmes ont été déférées depuis mardi à la prison centrale de Makokou. Elles vont attendre la date de leur procès», a confié le maire de la commune de Makokou joint au téléphone.

Guy Roger Ekazama a également fait savoir qu’après les deux femmes homosexuelles, la police judiciaire a également interpellé tous ceux qui ont pris part à la cérémonie des fiançailles. Mais ils ont bénéficié d’une liberté provisoire en attendant la fin de l’enquête qui se poursuit.

«La police judiciaire a aussi interpellé toutes les personnes qui ont pris part au fameux mariage depuis lundi et mardi. A l’issue de leur interrogatoire, ils ont été mis en liberté provisoire, en attendant la fin de l’enquête qui est en cours», a fait savoir l’édile de la capitale provinciale de l’Ogooué-Ivindo.

Le samedi 07 novembre dernier, les deux femmes ont scellé une union, à savoir, leurs fiançailles, en présence des membres de leurs familles, amis et connaissances. Les images et les sons de la cérémonie ont fait le tour des réseaux sociaux, provoquant ainsi une forte indignation tant dans la province de l’Ogooué-Ivindo que dans le pays tout entier. Ce d’autant plus qu’elle constitue une violation du Code civil en République gabonaise qui interdit une union entre deux personnes de même sexe.

Dans une interview accordée à Gabon Matin, le maire de la commune de Makokou avait exprimé son indignation.

«La Mairie de Makokou n’est nullement responsable de cet acte. En ma qualité de citoyen et Maire de cette ville, c’est avec indignation que j’ai vu ces images qui n’honorent pas du tout notre cité», avait-il déclaré.

Ajoutant que: «Le mariage en République Gabonaise est encadré par des dispositions contenues dans le Code Civil. Et à l’heure actuelle, le mariage entre personnes de même sexe est interdit. Il revient donc aux forces de sécurité, et non à la Mairie, de tout mettre en œuvre pour interpeller les auteurs de cet acte conformément à la loi».

Dans la même catégorie