APS LE DÉBAT SUR LA QUALITÉ DU JEU CHEZ LES LIONS EST IMPERTINENT, SELON UN ANCIEN INTERNATIONAL APS NIAMEY PRÊTE À ACCUEILLIR LA 47ÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DE L’OCI ANG Desporto/Morreu Diego Armando Maradona ANG CPLP/Governança de água e os desafios de sustentabilidade debatidos na II reunião dos ministros ANG Covid-19/Erro de fabrico levanta questões sobre testes com vacina da AstraZeneca/Oxford ANG Brexit/Ursula Von Der Leyen não garante que se chegue a acordo com o Reino Unido GNA 66th Artillery branch of Services Integrity Savings and Loans commissioned APS TOURNOI U20 : DIOMANSY KAMARA DÉSIGNE SON TRIO DU PREMIER TOUR ANP Diffa N’glaa : Les principaux édifices seront livrés au plus tard le 24 décembre (Gouvernement) AGP L’opérateur de télécommunication Airtel Gabon se dote d’un siège à Koulamoutou

Gabon/Ouverture des lieux de culte : l’opposant Barro Chambrier soutient les confessions religieuses et leurs leaders


  23 Octobre      14        Politique (13037),

   

Libreville, 23 Octobre (AGP) – C’est ce qui ressort de la conférence de presse animée ce vendredi 23 octobre 2020 à Libreville par le président du parti d’opposition Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), Alexandre Barro Chambrier. Ce dernier a également appelé le gouvernement d’entretenir des relations apaisées avec les confessions religieuses.

«Nous nous tenons aux côtés des confessions religieuses et de leurs leaders. Nous leur exprimons notre soutien total dans la lutte pour le respect de leur indépendance, le libre exercice de leurs ministères ainsi que la libre pratique de leur foi dans leurs lieux de culte», a-t-il déclaré.

Outre le nombre de 30 personnes par séance fixé par le gouvernement, Alexandre Barro Chambrier a également condamné l’immixtion du gouvernement dans l’organisation des cultes, en violation de la séparation entre l’Etat et l’église.

«Le Gouvernement a fixé de 30 personnes au maximum le nombre de personnes admises à prendre part à un office religieux, comme pour tout rassemblement, en faisant valoir les risques de contamination encourus dans les espaces fermés alors que par ailleurs, il tolère la présence d’un plus nombre élevé de personnes dans les marchés, dans les hémicycles de l’Assemblée nationale et de gares, les aéroports, pour ne citer que ces exemples», a-t-il fait remarquer.

Ajoutant que «Plus grave, il s’immisce, au mépris de la séparation de l’Etat et de l’Eglise, dans l’organisation de la liturgie en fixant, à un jour par semaine, la célébration des cultes, en exigeant des fidèles le paiement de la dîme et des offrandes par voie électronique et en interdisant la distribution de la communion qui constitue la phase essentielle dans le culte catholique. Nous rappelons que le Gabon est un état laïc et il ne doit sous aucun prétexte s’ingérer dans le fonctionnement des confessions religieuses qui, selon l’article 1er du titre préliminaire de la Constitution de la République gabonaise stipule qu’elles règlent et administrent toute indépendance leurs affaires».

Le président du RPM a également attiré l’attention des pouvoirs publics sur les conséquences que pourrait causer le recours à la force visant à empêcher la volonté des communautés religieuses de reprendre leurs activités le dimanche 25 octobre prochain.

«Nous mettons en garde le pouvoir en place contre toute velléité de recours à la force pour entraver l’ouverture des lieux de culte, le 25 octobre 2020 et les tiendrons pour responsables de tout débordement», a-t-il dit avant d’appeler le gouvernement à entretenir des relations apaisées avec les confessions religieuses, en vue de préserver le vivre ensemble.

Justifiant la position de son parti, Alexandre Barro Chambrier a rappelé le rôle important joué toujours par les confessions religieuses dans plusieurs domaines de la santé, de l’éducation, de l’assistance sociale. Sans oublier le rôle spirituel et la contribution qu’elles apportent par la prière aux malades, aux démunis, à la paix et à la stabilité du pays.

Le soutien du RPM aux communautés religieuses intervient deux jours après celui de l’opposant Jean Ping, président du groupement des personnalités et partis politiques dénommé Coalition pour la nouvelle république (CNR). Un groupement dont fait partie la formation politique dirigée par Alexandre Barro Chambrier.

Dans la même catégorie