ANG Presidente da República felicita PAIGC pela vitória eleitoral ANG Quatro partidos políticos assinam Acordo de Incidência Parlamentar e Estabilidade Governativa ANG Bissau determina descida do PRS INFORPRESS Santiago Norte: Câmara de Santa Cruz vence torneio de futsal solidário em favor da Loja Social e Casa da Sopa de Assomada INFORPRESS Sal: Tribunal aplica prisão preventiva a indivíduos acusados de vários crimes INFORPRESS Assembleia Municipal de São Salvador do Mundo aprecia relatório de actividades de 2018 da autarquia AGP Le football à l’avant-garde dans la lutte contre les changements climatiques AIP Les agents des douanes de Noé exhortés à travailler au maintien de la certification ISOO 9001 AIP Le comité national d’organisation du Congrès 2020 de l’UPU à Abidjan va être installé AIP Un projet éducatif numérique lancé dans les régions cacaoyères (Communiqué)

Genre : Le gouvernement réitère son engagement à promouvoir les droits des femmes en RDC


Kinshasa, 17 août 2015 (ACP) – Le vice-Premier ministre, ministre de l’Emploi, travail et prévoyance sociale, Willy Makiashi a réitéré, lundi à Kinshasa, l’engagement du gouvernement à promouvoir les droits des femmes en RDC, lors de l’ouverture de la session de formation des experts sectoriels impliqués dans le processus de la rédaction du rapport étatique de la RDC sur le protocole de Maputo.

Cet engagement, selon Willy Maliashi, vise à appuyer les actions du Chef de l’Etat capables d’assurer la promotion de la femme congolaise et consolider la paix au pays, particulièrement dans les territoires de l’Est où les femmes et les enfants sont les premières victimes des violences de la part des groupes armés.

Il a indiqué également que pour accompagner ce processus, la RDC a d’une part ratifié plusieurs instruments juridiques régionaux et internationaux, et d’autre part, s’est résolument engagée dans la confection d’un arsenal juridique national en faveur de la promotion de l’équité et de l’égalité de genre.

Le vice-Premier ministre a rappelé quelques textes ratifiés, dont la Convention sur l’élimination de toutes les formes des discriminations à l’égard de la femme (CEDEF) et la résolution 1820 et 2008 du Conseil de sécurité des Nations Unies reconnaissant et condamnant le viol comme arme de guerre et l’élevant en crime contre l’humanité.

En outre, il a noté qu’un Rapport national genre (RNG) est produit depuis 2011 par le gouvernement tous les deux ans en vue de faire l’état des lieux genre dans différents secteurs et dégager les perspectives en rapport avec l’impératif du développement humain durable.

En termes de bilan, il a relevé les avancées enregistrées soulignant que beaucoup reste encore à faire pour assurer le respect et la promotion de tous les droits reconnus à la femme comme personne humaine à part entière.

S’agissant de la rédaction du rapport attendu, le vice-Premier ministre a instruit les experts qui vont bénéficier pendant trois jours de la formation ad hoc à se doter de la capacité de collecter toutes les données nécessaires pour produire un rapport à même de documenter toutes les avancées réalisées par la RDC dans la mise en œuvre du Protocole de Maputo.

Il a promis à ce sujet l’appui du gouvernement pour que le rapport soit prêt le plus tôt possible, saluant dans le même temps la présence de Mme Gansou, rapporteuse spéciale sur les défenseurs des droits de l’homme en Afrique venue appuyer la formation des experts congolais. Quant au représentant de la ministre du Genre, de la famille et de l’enfant, cette journée marque le fruit des efforts conjugués et de la collaboration entre le gouvernement de la RDC, l’ONU-femmes et la commission africaine des droits de l’homme de l’Union africaine, remerciant la présence de Alapini Gansou d’avoir accepté de venir faire bénéficier aux experts congolais son expérience dans l’élaboration des rapports étatiques relatifs au Protocole de Maputo.

En sa qualité de membre de l’ONU et de l’UA, la RDC a pris un certain nombre d’engagements importants à respecter pour la crédibilité du pays, de son peuple et de ses dirigeants. Pour parer à cette situation et aider les Etats à résorber le retard accumulé dans sa production de ce rapport, la commissaire Soyata Maiga, rapporteuse spéciale sur les droits de la femme en Afrique, de la commission africaine des droits de l’homme et des peuples, s’est investie à former en 2014 un groupe d’experts sur la rédaction du rapport étatique.

Etant donné que ce protocole implique plusieurs secteurs et partant plusieurs ministères sectoriel, le processus d’élaboration du rapport y relatif doit être à la fois inclusif et participatif. Le coordonateur de la Cellule d’études et de planification (CEPFE), José Mangalu a rendu hommage au Président de la République, Joseph Kabila Kabange pour la paix restaurée et consolidée dans le pays, particulièrement à l’Est où les femmes et les enfants ont payé un lourd tribut du fait des conflits armés, mais aussi pour sa vision de la révolution de la modernité qui réserve une place de choix à la femme, en qualité d’actrice de développement.

Zng/May.

Dans la même catégorie