ABP Numérique : Le portail national des services publics vulgarisé à Abomey ABP Les conseillers communaux d’Allada autorisent la gestion des AEV par une agence ABP La CDSCPE Mono appelée à faire de la protection des enfants leur cheval de bataille ABP Gouvernance: Les élus locaux sensibilisés sur les enjeux de l’inventaire du patrimoine national ANP La CENI et le DCAF renforcent les capacités des journalistes et des FDS nigériens sur leur rôle en période électorale ANP Les députés Nigériens approuvent le statut du personnel de contrôle de la cour des comptes ANP Assemblée Nationale : Les députés adoptent le statut du personnel de l’Assemblée Nationale ANP Campagne électorale pour les locales à Niamey : tout est calme dans la ville (constat ANP) AGP Gabon/Fait-divers: Un présumé voleur décédé après interpellation par la gendarmerie à Mekambo ABP Vih/Sida : Les populations du Plateau appelées à se faire dépister pour plus d’efficacité dans la lutte

Grossistes de vivriers et légumes inquiets pour l’avenir de leurs activités à Daoukro


  19 Novembre      3        Société (25560),

   

Daoukro, 19 nov 2020 (AIP)- Les grossistes et détaillants de produits vivriers et de légumes du département de Daoukro ont exprimé leurs inquiétudes face à l’avenir de leurs activités suite à la crise post-électorale.

Vendeuse de tomates, Bamba Affoué, a confié mercredi 18 novembre 2020 à l’AIP, qu’avant la crise, « le transport d’un sac de tomates s’élevait à 500 FCFA. Aujourd’hui, à cause de la crise et du blocus des voies dus à la désobéissance civile, nous payons 2000 FCFA par sac sans compter le prix d’achat de la marchandise elle-même ».

En ce qui concerne l’oignon, dame Affoué vendait 10 sacs, mais elle n’en vend plus qu’un seul désormais. Même son de cloche chez  Kouadio Patricia, veuve et vendeuse d’ignames, qui en plus de pleurer la mort récente de son mari, s’inquiète pour l’avenir de son activité commerciale pour la scolarisation de son enfant.

Pour leur part, les vendeurs de viande sont unanimes sur le fait que « tout est au ralenti ». Pour ne pas laisser leurs activités péricliter, ces opérateurs demandent que les autorités régionales et nationales s’accordent et trouvent un terrain d’entente pour leur permettre de retrouver le rythme de croisière de leurs activités.

(AIP)

Dans la même catégorie