ANP Dernière décade du mois de Ramadan: Nuit du destin (laylatoul Qadr) et Préparatifs d’Aid El Fitr à Niamey AGP Gabon/Retraite complémentaire obligatoire: certains salariés restent pessimistes AGP Gabon : Un gabonais interpellé à Oyem avec cinq pointes d’ivoire APS LIGUE 1 : L’AS PIKINE NOUVEAU LEADER APS L’OMVG LANCE SON PLAN DIRECTEUR DE DÉVELOPPEMENT INTÉGRÉ APS MATAM : ’’BEAUCOUP D’AVANCÉES’’ SUR LES INDICATEURS (IA) APS LE CEMGA ENCOURAGE LES MILITAIRES DU 22ÈME BATAILLON À ’’DÉVELOPPER LA POLYVALENCE’ APS UNIVERSITÉ IBA DER THIAM : UN DÉLAI DE SIX MOIS ANNONCÉ POUR TERMINER LES CHANTIERS ANP Élections du maire de Maine Soroa (Diffa): Ibrahim TANDJA du MNSD-Nassara élu maire de la ville ANP D’importantes pluies avec des risques d’inondations sont attendues au Niger en 2021 (Prévisions)

Guinée / fermeture des frontières : Les producteurs de Mali craignent une perte de plus de 300 tonnes de choux


  16 Novembre      23        Agriculture (2081),

   

Mali, 16 nov. (AGP)-A l’approche de l’élection présidentielle du 18 octobre dernier, le gouvernement guinéen avait procédé à la fermeture des frontières avec certains pays comme le Sénégal, la Sierra Leone et la Guinée Bissau.
Cette fermeture commence à faire des victimes dans le secteur agricole dans la région administrative de Labé. Après évaluation entre leurs productions et le pouvoir d’achat des populations locales, les producteurs de chou dans la préfecture du Mali, frontalière avec le Sénégal, craignent déjà une forte perte.

Le président de leur corporation parle d’une éventuelle perte historique si rien n’est fait pour sauver leurs productions.

«  A cause des perte subies suite à l’apparition du coronavirus dans le secteur de la production de la pomme de terre. Les paysans se sont tournés vers la production du chou pour minimiser les pertes et tenter de récupérer un peu. Mais à notre fort étonnement, au moment où nous nous préparons pour la récolte, toutes les frontières sont fermées entre nous et le Sénégal et d’autres pays. Pourtant, c’est là-bas que nous écoulons de plus nos produits. On risque de perdre plus de 300 tonnes de choux.

Plus de 200 hectares sont cultivés, il ne reste que la récolte pour d’autres. Mais sans aucune perspective de débouchés parce que nous ne pouvons pas vendre tout ça dans la région. Imaginez tout cela. Déjà d’autres ont fini leurs récoltes. Et nous n’avons pas où garder nos récoltes », a déploré, Mamadou Kaba Diallo joint au téléphone par le correspondant régional de l’AGP.

Sur la question de l’écoulement de leurs marchandises dans les autres régions du pays, les agriculteurs se plaignent de la mauvaise qualité des routes et les dépenses énormes qui y sont liées.

«  Au Sénégal qui est très proche de nous, on revend un sac de choux à 22.000FCFA et ils achètent beaucoup. Cela nous permet de gagner un peu. Mais ici, les routes sont mauvaises, les dépenses sont énormes, le pouvoir d’achat des populations de la région est faible. Si tu dépenses 30 000fg pour transporter d’un sac de choux de Mali à Labé et les autres dépenses qui restent, tu ne gagneras rien.

Le mieux est de se reposer pour ne pas augmenter les pertes sur ton dos. Nous demandons au gouvernement d’ouvrir notre frontière avec le Sénégal pour nous permettre d’évacuer nos produits. Si non, les choux vont continuer à pourrir parce que nous n’avons pas où les stocker », plaide ce producteur de chou.

Dans la même catégorie