GNA Major Mahama: My brother was not among the alleged ‘killers’-witness GNA Government Committed to Building Educational Infrastructure- MCE GNA IYes Foundation donates to Lil Win’s GMIS ACP Visite de travail à Kinshasa du secrétaire général de FICR ACP Le gouvernement appelé à créer un écosystème entrepreneurial incitatif pour les jeunes entrepreneurs ACP Eugène Diomi Ndongala libéré sous conditions GNA Vodafone Ghana launches 4G to provide faster data services GNA Ghana’s macroeconomic outlook better than five years ago – IMF GNA Environmental disaster crawling into UWR « As you sow, so shall you reap » AIP Salon du livre de Paris 2019 : La Côte d’Ivoire explique l’absence du stand Pavillon des lettres d’Afrique

Guinée : le réseau routier fortement dégradé en cette période hivernale


  6 Septembre      15        Société (47675), Travaux publics (460),

   

Conakry, 06 sept (AGP)- Les routes et les voiries urbaines de la République de Guinée ont été fortement dégradées avant et aggravées pendant cette période de grandes pluies, rendant difficile la circulation des personnes et leurs biens, a constaté l’AGP.

La Route Nationale N°1, Conakry – Mamou, qui ouvre la porte de la capitale guinéenne aux quatre Régions naturelles du pays, se trouve aujourd’hui dans un état désastreux.

Le tronçon Coyah – Kindia, distant environ de 80 Km, est presque impraticable. On y trouve des endroits où le bitume a complètement disparu en donnant l’impression à une piste rurale jonchée de trous béants.

Les conséquences de cette situation sont multiples et constituent un coup dur à l’économie du pays.
Pratiquer cette route est devenu un véritable calvaire pour les usagers confrontés, notamment aux pannes récurrentes des véhicules, aux accidents de la circulation et au braquage par les coupeurs de route qui profitent des points critiques pour mener leurs sales opérations.

En lieu et place des services en charge de l’entretien routier, des enfants mineurs essayent, avec des moyens dont ils disposent, de fermer les points critiques dans l’espoir de bénéficier de grâce des usagers de bonne volonté.

Certains de ces mineurs ‘’bénévoles’’ n’hésitent pas d’ériger des barrages pour exiger aux automobilistes, le prix de leur effort, communément appelé «Yé saré» de la langue sousou, (prix de l’eau).

Dans la capitale Conakry, l’état de l’Autoroute Fidel Castro Ruz laisse à désirer.

De la commune de Matoto à Kaloum, centre administratif de la Guinée, des points critiques et des étendues d’eau se comptent par dizaine, provoquant régulièrement des embouteillages à plusieurs endroits, tels que les tronçons, Sangoya – Aéroport, Pont Kénien – Madina Sig et Tombo – Port Autonome de Conakry.
AGP/06/09/016 AND/KZ/KS/ST

Dans la même catégorie