Inforpress Cidade da Praia acolhe esta terça-feira e por três dias II Fórum Africano de Saúde AIP Côte d’Ivoire/Le président de la MURENO affiche sa volonté d’éliminer la pauvreté et la faim à Noé AIP « Les Sofas du RHDP » de l’Indénié-Djuablin se préparent en vue des batailles électorales de 2020 Inforpress Futebol/CAN’2019: Rui Águas desiludido com empate caseiro e não qualificação da selecção nacional Inforpress CPLP cria Fundo de Solidariedade para apoiar Moçambique MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique Bulletin AGP CAN 2019: la Guinée et la Centrafrique se quittent dos à dos à Bangui (0-0) AGP Boké : Le Consortium SMB-Winning paie plus de 2 milliards GNF pour indemniser les premiers impactés par la réalisation du chemin de fer Boké-Télemélé AGP Mamou: Vers la construction de 225 salles de classe pour les régions de Faranah et de Mamou. MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines Bulletin

Guinée : Une tribune de débats sur la représentativité des femmes dans les instances de prise de décisions, offerte par le CIRD


Conakry, 09 mars (AGP)- Le Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD), situé à Kipé dans la commune de Ratoma en banlieue de Conakry, a organisé une conférence-débat, jeudi, 08 mars 2018, sur la problématique de représentativité des femmes dans les instances de prise de décisions, a suivi l’AGP.

Le CIRD a offert cette tribune à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme (JIF), célébrée le 08 mars de chaque année, dans le monde.

Trois femmes actrices de la Société civile guinéenne et responsables d’ONG ont animée cette conférence. Mme Hawa Dramé, présidente de la Fondation Thierno et Mariama (FATHIMA), Asmaou Barry, présidente APAC-Guinée et Mme Yansané Fatoumata Baldé, directrice exécutive de la Coalition des Femmes Leaders de Guinée (COFEL). Elles ont d’abord dénoncé la marginalisation des femmes aux postes de responsabilité en Guinée.

La présidente de l’APAC-Guinée, Asmaou Barry est entrée dans le débat par un appel à la révolution contre la marginalisation de la femme guinéenne. «Il faut une révolte pour que ça s’arrange», lance-t-elle. Plus loin, elle s’est attaquée au Code civil guinéen qui, pour elle, «n’est pas en faveur de la femme».

La présidente de l’APAC a, par ailleurs, dénoncé avec fracas, le silence des femmes sur les souffrances qu’elles subissent dans les foyers et services.

Le débat, très houleux, a permis aux participants et participantes de faire des propositions pour l’autorisation des femmes et leur représentativité dans les instances de prise de décisions, mais aussi invite a été faite aux autorités pour une volonté politique, afin que le pourcentage d’accès des femmes aux postes de responsabilité soit élevé.

OS/ST

Dans la même catégorie