APS LE FONSIS ET L’AFREXIMBANK EN SYNERGIE POUR ACCOMPAGNER LES PORTEURS DE PROJETS Inforpress São Vicente: Festival de desporto para atletas com deficiência dá início às comemorações dos 100 anos da travessia aérea Inforpress Relatório sobre últimas eleições presidenciais revela que a imprensa deu uma cobertura igualitária aos candidatos Inforpress Profissionais de saúde lusófonos debatem “resistência antimicrobiana” em ‘webinar’ Inforpress PR animado com sinais de retoma teme evolução da pandemia que possa levar a um novo fechamento Inforpress Pólo da Escola do Mar em São Miguel vai servir Santiago e as ilhas do Sul – ministro Inforpress FCF: Mário Semedo é candidato único à sua própria sucessão Inforpress Covid-19: Cabo Verde volta a exigir teste negativo à entrada do país AIP Comoé Capital et Itia Sarl s’unissent pour créer une entreprise de fruits séchés dans le Nord ivoirien AIP La Fondation Lonaci remet un internat, une école et une cantine à Toumodi et N’Dêbo

Guinée/justice : Les victimes du Camp Boiro demandent vérité et justice


  26 Janvier      50        Société (37025),

   

Conakry, 26 janv. (AGP)- L’Association des Victimes du Camp Boiro (AVCB) a commémoré, lundi 25 janvier 2021, les 50 ans des ‘’pendaisons et assassinats’’ du 25 janvier 1971 perpétrés sous le régime de feu Ahmed Sékou Touré.

Dans une déclaration rendue publique devant un parterre de journalistes, au pont du 08 novembre dans la commune de Kaloum, le secrétaire exécutif de ladite association M. Abdoulaye Conté a réclamé au régime actuel, la justice à leur faveur afin dit-il que la vérité soit dite sur ces évènements.

Dans son intervention M. Conté a rappelé que cela fait plus de 50 ans que des guinéens appartenant à toutes les familles sont ‘’jetés dans des fosses communes’’.

« Les graves purges perpétrées par le PDG et son leader Sékou Touré laissent encore des milliers de familles en deuil, en larmes, dans la souffrance. Des tueries massives, violentes, inhumaines suite à des condamnations extrajudiciaires dans l’irrespect total des lois de notre pays entre 1959 et 1983 », a-t-il dit.

Poursuivant, Abdoulaye Conté a laissé entendre qu’aujourd’hui, les victimes et leurs fils, appellent à se pencher sur cette page douloureuse de leur histoire. Car pour lui, « il est temps de mettre fin à l’omerta savamment entretenue, il est temps que la vérité et la justice réconcilient les guinéens avec leur passé ».

« Nous demandons au président de la République, le Professeur Alpha Condé d’instruire son gouvernement afin que le dossier du camp Boiro soit débattu pour que notre appel à la vérité et à la justice pour un véritable PLUS JAMAIS Ça soit entendu».

La cérémonie commémorative des victimes du camp Boiro a pris fin au domicile de feu Telli Diallo à la cité ministérielle par une lecture du saint Coran à la mémoire des disparus du 25 janvier 1971.

Dans la même catégorie