ACAP Un atelier sur la prévention de l’incitation à la haine et la gestion des rumeurs post électorales ACAP Le HCC présente le rapport du monitoring de la campagne électorale du 27 décembre 2020 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021: la colère des militants PDCI de Dimbokro suite à la désignation des candidats AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Vih/Sida : l’Ong les flamboyants réoriente sa stratégie pour un meilleur dépistage dans l’Indéni-Djuablin AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les qualités de l’ex-secrétaire général de la préfecture de Sikensi saluées AIP Côte d’ivoire-AIP/ Riziculture : La municipalité de Niakara promeut le secteur local GNA Rawlings to be on “gun-carriage” through streets of Accra ahead of burial GNA FIFA clears four candidates for CAF Presidency GNA Rawlings goes home today ANP Covid-19 : Une start-up nigérienne développe des viseurs de protection contre la maladie

IBOU DIANKO BADJI, LA STAR MONTANTE DU BASKET QUI RÊVAIT DE FOOTBALL


  3 Décembre      24        Sport (5001),

   

Dakar, 3 déc (APS) – Le jeune basketteur sénégalais de 18 ans, Ibou Dianko Badji, qui évolue dans l’équipe B de Barcelone, a confié avoir longtemps hésité à jouer au basket malgré ses aptitudes dans cette discipline sportive, préférant le football.

’’Tous mes amis jouaient au foot et dans mon quartier, il n’y avait que des terrains de foot et aucun de basket’’, a expliqué le jeune basketteur présent dans l’équipe du Sénégal U18 qui prend part à l’Afrobasket de la catégorie qui débute ce jeudi au Caire (Egypte).

Interrogé par la chaîne du Comité olympique international (CIO), le jeune basketteur informe qu’il a fallu toutes les capacités de persuasion de ses parents pour qu’il change de discipline.

’’C’était un peu difficile car mon père me demandait toujours de m’entraîner mais je ne voulais pas, je voulais jouer au football’’, a-t-il dit.

Sa taille augmentait à une allure telle que son potentiel de basketteur commençait à devenir une évidence, rappelle-t-il ajoutant toutefois que pour s’entraîner (au basket), il fallait se déplacer.

’’Je ne voulais pas me déplacer tous les jours pour aller m’entraîner, je pensais uniquement au football. C’était donc très dur de jouer au basket pour moi’’’, a-t-il par ailleurs ajouté.

Il a fallu une conversation avec sa mère qui l’a convaincu de prendre en compte les avis de son père, poursuit-il, se réjouissant que sa progression est allée de pair avec sa taille.

En six mois, il a apprivoisé la plupart des règles et techniques du basket, ce qui incite son entraîneur à l’époque (2006) à l’inviter à passer des tests à la NBA Academy, une structure née du partenariat entre la Ligue américaine et le SEED (Projet pour le développement et l’éducation à travers le sport).

Ibou Dianko Badji réussit aux tests avec brio et une année plus tard, il a la possibilité de se frotter au basket étranger en Australie dans un premier temps et ensuite aux Etats Unis d’Amérique, rapporte le site de la chaîne olympique.

’’A son retour au Sénégal en 2019, il a un contrat avec l’équipe B de Barcelone’’, ajoute la même source précisant qu’il sera attendu en ’’véritable star’’ à l’Afrobasket U18 2020.

Le Sénégal qui avait perdu la finale de la précédente édition contre le Mali figure parmi les candidats au titre, selon le pivot de Barcelone (Espagne), indiquant que ses amis et lui veulent gagner la compétition et ramener la coupe au Sénégal.

Dans le futur, l’enfant de la banlieue de Dakar rêve des Jeux olympiques et de la NBA.

En plus du Sénégal et de l’Egypte, les équipes du Mali et de la Guinée sont présentes à cette compétition prévue du 3 au 9 décembre.

Dans la même catégorie