INFORPRESS Governo destaca impacto social do programa “Bolsa de Acesso à Cultura” no combate à exclusão social INFORPRESS Ilha do Sal: Artesãs salenses movimentam exposição “Arte no feminino” anunciando o mês da mulher INFORPRESS Câmara da Praia lança candidaturas para financiamento de projectos culturais e criativos INFORPRESS Ordem dos Advogados de África aconselha Cabo Verde a libertar “imediatamente” Alex Saab INFORPRESS Escola Secundária Regina Silva homenageia músico Orlando Pantera INFORPRESS Futebol/ Santiago Norte: Jovem treinador “Maie” comanda Inter Cutelo com olhos postos no título INFORPRESS Câmara da Praia lança candidaturas para financiamento de projectos culturais e criativos INFORPRESS Andebol: Tony Teixeira disponível para a presidência da Federação NAN COVID-19: Nigeria receives 3.92 million doses of AstraZeneca vaccine AIP Sensibilisation des populations du Bounkani à l’utilisation des services des soins obstétricaux néonataux d’urgence

Institutions / Une mission conjointe satisfaite des résultats de la lutte contre les violences faites aux enfants dans le Borgou et l’Alibori


  19 Février      8        Société (29363),

   

Porto-Novo, 19 Fév. 2021 (ABP)- L’ambassadrice du Royaume des Pays-Bas, la représentante de l’UNICEF au Bénin et la représentante du ministre des affaires sociales et de la microfinance, ont, au terme d’une mission conjointe de quatre jours dans le Borgou et l’Alibori , décerné ce vendredi à Parakou au cours d’une conférence de presse animée au siège de l’UNICEF, un satisfecit aux leaders religieux et traditionnels ainsi qu’aux autorités politico-administratives, engagés dans la lutte contre les violences faites aux enfants. Selon la secrétaire générale adjointe du ministère des affaires sociales et de la microfinance (SGA/MASM) Élise Kossoko, cette mission a permis de constater la prise de conscience au niveau des leaders religieux et traditionnels et des autorités politico-administratives, dont elle salue l’engagement. « Nous avons été touchées par l’engagement des femmes à lutter contre le mariage des enfants et le maintien des filles à l’école », a-t-elle laissé entendre. Ce travail de terrain, ajoute-elle, a permis également de constater l’engagement des jeunes du club des leaders, du club scolaire du département de l’Alibori qui sont très engagés dans la lutte. Tous ces résultats, reconnait la SGA/MASM, sont le fruit de la participation de tous les acteurs de protection des enfants que sont les centres de promotion sociale, les ONG, le bureau de l’UNICEF et les préfets des deux départements. Au cours de cette mission qui s’achève, la délégation conjointe a aussi noté quelques spécificités. Dans l’Alibori, fait savoir Mme Élise Kossoko, les ONG ont encadré la population dans la lutte contre le mariage des filles grâce à l’accompagnement des projets Faaba-Covid. Grâce aux transferts monétaires dont l’objectif premier, était d’assurer le maintien des jeunes filles à l’école. Ces transferts monétaires faits aux mères pour subvenir aux besoins de leurs filles leur permettent aujourd’hui de devenir autonomes. «Nous avons noté avec satisfecit que la dénonciation est en train de rentrer dans les mœurs», a témoigné Mme Élise Kossoko. Cette mission est pour l’ambassadrice du Royaume des Pays-Bas au Bénin To Tjoelker-Kleve, une mission qui, dit-il, lui a permis de voir le projet de protection sociale, la campagne tolérance zéro contre le mariage des enfants de façon concrète. Durant cette tournée, elle confie avoir constater également le projet Omidelta au niveau de l’eau et l’assainissement avec la commune de Parakou et le programme national des cantines scolaires, mis en œuvre par plusieurs écoles du Borgou et de l’Alibori à travers le programme alimentaire mondial (PAM) et le ministère des enseignements maternel et primaire au Bénin avec une contribution financière des Pays-Bas. A l’en croire, l’exécution de ces programmes, à travers par exemple la construction par l’UNICEF, des toilettes publiques dans les marchés et écoles, ont favorisé les conditions favorables de travail. Désormais, s’est –elle réjouie, les hommes et les femmes ainsi que les jeunes garçons et les jeunes filles peuvent respectivement aller au marché et à l’école en sécurité. Le même degré de satisfaction est partagé avec la représentante de l’UNICEF au Bénin. Pour Djanabou Mahondé, cette visite de terrain a été « une belle introduction sur le beau travail qui est fait dans le domaine de la protection et de la promotion des droits de l’enfant et de l’adolescent mais aussi dans l’appréciation du travail au niveau communautaire pour régresser les abus sexuels et les violences faites sur les enfants et les jeunes filles ». Le travail qui est fait jusque-là , rappelle-t-elle est de s’assurer que les enfants et adolescents puissent évoluer dans un cadre favorable, leur permettant de jouir pleinement de leur droit, s’épanouir, apprendre et de pouvoir assurer le développement des communautés. Cette conférence a été aussi l’occasion pour les membres de cette mission conjointe, de formuler des plaidoiries à l’endroit de tous acteurs. Elles ont plaidé entre autres pour le renforcement de l’entraide, l’échange d’information et la coordination afin de s’assurer que les interventions répondent bien aux besoins des communautés et le renforcement des capacités des comités de veille pour encourager la dénonciation des cas de violences contre les enfants. Les journalistes présents à cette conférence ont aussi entre autres, invité les acteurs de la protection des enfants à convaincre les autorités judiciaires à intervenir sur les organes de presse afin d’exposer les différentes peines qu’encourent les auteurs des violences faites aux enfants et adolescents et par ricochet sensibiliser les populations.

Dans la même catégorie