ACP Une exposition « photo-plaidoyer » pour l’amélioration de l’accès à l’eau potable en RDC ACP RDC : la JICA encourage l’apport de l’INPP dans l’économie congolaise ACP Les étudiants de l’UPC édifiés sur la francophonie ACP La CENI reporte les élections des gouverneurs GNA Government working towards non-custodial sentencing regime GNA Invest in Sustainable Water to Achieve SDGs – CRS GNA President Akuffo-Addo reiterates his resolve to end political Party vigilantism ACP L’Assemblée nationale dotée d’un règlement intérieur ACP Les journalistes membres de l’UPF encouragés à la formation continue ACP La secrétaire générale de l’OIF pour plus d’accès au haut débit d’internet

Intégration régionale : Prêt de la BAD de 40,7 millions d’euros pour la construction d’un pont devant faciliter les échanges entre le Sénégal et la Mauritanie


Rabat, 13 déc 2016 (MAP)- Le Conseil d’administration de la Banque Africaine de Développement (BAD) vient d’approuver un prêt de 31,3 millions d’euros pour la Mauritanie et un prêt de 9,4 millions d’euros pour le Sénégal, destinés à la construction d’un pont à Rosso, devant relier les deux rives du fleuve Sénégal et faciliter les échanges entre les deux pays.

‘’L’absence d’un ouvrage de franchissement permanent entre les deux rives du fleuve Sénégal, constitue un handicap majeur à la mise en œuvre des politiques de développement économique et d’intégration régionale et continentale’’, rappelle la BAD dans une note publiée mardi à Abidjan, faisant savoir que ce projet favorisera le développement économique de la région, et plus largement l’essor des activités de transport routier entre l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest.

‘’Long de 1500m, le pont de Rosso remplacera les services des bacs qui relient actuellement les deux rives du fleuve Sénégal, des embarcations à la capacité limitée et avec lesquelles, la traversée pouvait s’avérer périlleuse en période de crue’’, explique la BAD, notant que l’absence de pont était source de retards, et représentait un coût conséquent pour les voyageurs et les transporteurs.

Outre la construction du pont, le passage de la frontière sera facilité par la construction et l’équipement de postes contrôle juxtaposés, permettant d’effectuer les formalités douanières des deux pays dans un seul et même lieu, ajoute la même source.

‘’Au total, le temps de la traversée dédié aux formalités, devrait être ramené à moins de dix minutes, contre près d’une heure auparavant.

« Le projet Nouakchott – Dakar va accélérer le développement des activités de transport le long des corridors transafricains Tanger – Lagos et Alger – Dakar, et plus globalement entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne’’, estime Ali Ismaël Mohamed, Economiste des Transports de la BAD, en charge du projet, soulignant que ‘’le trafic de véhicules sur cet axe devrait plus que tripler d’ici 2025’’.

L’ensemble de la région devrait connaître une forte croissance des activités commerciales, d’autant que la construction du pont sera complétée par l’aménagement de plus de 60 km de pistes rurales, favorisant la desserte des zones agricoles, lit-on dans le document.

‘’Au-delà de son importante contribution à la dynamique d’intégration régionale, le projet répond à l’objectif fondamental que s’est fixée la BAD à savoir : la promotion d’une croissance inclusive et durable’’, a souligné de son côté, Amadou Oumarou, Directeur du département transport, développement urbain et TIC à la BAD.

D’un montant total de 87,6 millions d’euros, le projet est cofinancé par les gouvernements mauritaniens et sénégalais, ainsi que par la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et l’Union européenne.

Dans la même catégorie