AIP Le « bon ton » recommandé lors de la campagne des législatives APS PRÉSIDENCE CAF : UNE RENCONTRE AU SOMMET ENTRE RESPONSABLES IVOIRIENS ET SÉNÉGALAIS (MÉDIAS) APS COVID-19 : LE CDC VISE ’’LES MEILLEURS VACCINS’’ POUR LE CONTINENT APS EL HADJ FAYE ‘’SAMINA’’ : ‘’LES MUSICIENS FONT ACTUELLEMENT PLUS DANS LE FOLKLORE’’ APS CHAN : LE VAINQUEUR EMPOCHERA UN PEU PLUS DE 675 MILLIONS DE FRANCS CFA AMI Les questions de la sécurité, de la stabilité et de l’annulation de la dette au centre de la visite du Président de la République à Bruxelles’ ACAP Le gouvernement appelle au respect du couvre-feu APS COVID-19 : LES PAYS AFRICAINS INVITÉS À INTENSIFIER LES TESTS ET LE SÉQUENÇAGE DU VIRUS AGP Guinée-Covid-19 : L’Etat d’urgence sanitaire reconduit pour 30 jours AGP N’Nzérékoré-Insécurité : Le Guérisseur Mamoudou Keita retrouvé mort 20 jours après sa disparition

Inter/ En colère, une cinquantaine de policiers français veulent démissionner après les propos du président Macron


  16 Décembre      22        Monde (418),

   

Abidjan, 16 dec 2020 (AIP)-En réaction aux propos du Président français, Emmanuel Macron sur les violences policières et les contrôles au faciès, une cinquantaine de fonctionnaires de la Loire, en France, veulent démissionner, rapporte l’Agence de presse russe, Sputnik.

Ces derniers estiment qu’ils ont été lâchés par le président Emmanuel Macron qui a reconnu il y a plus d’une semaine l’existence de violences policières.

Le 4 décembre, lors d’une interview auprès du média en ligne Brut, M. Macron avait évoqué les contrôles au faciès et les violences policières. Il a notamment jugé «insoutenable» que les contrôles policiers ciblent davantage les jeunes dont la peau «n’est pas blanche». Ces paroles ont provoqué des actions de protestations de policiers un peu partout dans l’Hexagone.

Le Président avait alors promis de créer une plateforme de signalement des discriminations lors des contrôles de police – qui sera gérée par l’État, le défenseur des droits et des associations.

M. Macron a également annoncé la tenue à partir de janvier d’un «Beauvau de la sécurité» sur une réforme de la police pour «améliorer les conditions d’exercice» des forces de l’ordre et «consolider» les liens avec les Français.

Avant que la cinquantaine de policiers de la loire,  180 policiers dans l’Isère, dont 130 à Grenoble, avaient déposé une demande de rupture conventionnelle, une semaine après les propos d’’Emmanuel Macron sur les contrôles au faciès et les violences policières.

(AIP)

Dans la même catégorie