AIP Côte d’Ivoire-AIP/La CEI fait des propositions pour améliorer les l’organisation des élections à venir GNA ENRRI-EfD Ghana initiates discussion on plastic waste management in Ghana GNA Social President CLOGSAG MAP Journée mondiale du climat: Débat mardi sur les changements climatiques au Maroc MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines MAP Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique) APS CORONAVIRUS : LA TENDANCE À LA HAUSSE SE POURSUIT AVEC 100 NOUVELLES CONTAMINATIONS AGP Gabon/Plan d’urgence 2020: Le Directeur général de la SEEG fait le point des chantiers dans le Haut-Ogooué AGP Gabon : Ali Bongo Ondimba reçoit les Lettres de créance de six nouveaux ambassadeurs AIP Côte d’Ivoire-AIP/Un sociologue recommande la création de fonds pour la prise en charge des survivantes des VBG

Inter/ Le Conseil scientifique souhaite un changement de stratégie pour «supprimer» le virus


  3 Novembre      10        Monde (400),

   

Abidjan, 3 nov (AIP)- Dans sa note rendue au gouvernement, le Conseil scientifique exprime sa crainte de voir plusieurs autres vagues toucher le pays et recommande dès lors un changement de stratégie. L’une d’elles consiste à introduire des mesures fortes dès que le seuil des 5.000 contaminations par jour est atteint.

Lundi 26 octobre, le Conseil scientifique a rendu sa note au gouvernement quant à ses prédictions sur la deuxième vague de l’épidémie de Covid et aux mesures qu’il recommande. Outre les options proposées à court terme, le document contient d’autres stratégies envisageables en cas de vagues successives qui toucheraient le pays dès l’hiver/printemps 2021.

Les membres du Conseil craignent en effet que l’épidémie ne cesse d’augmenter et de ralentir en intensité de façon répétée sans qu’une immunité de la population ne soit jamais atteinte, jusqu’à l’arrivée des premiers vaccins ou traitements, qu’il prévoit aux alentours du deuxième trimestre 2021. «Il y a donc devant nous de nombreux mois avec une situation extrêmement difficile», résument-ils.

Outre la stratégie «on/off» adoptée jusqu’ici, qui consiste à imposer des restrictions variables selon les territoires et limitées dans le temps, le Conseil scientifique en détaille une autre, qui est actuellement d’usage en Allemagne, en Finlande, au Danemark et dans plusieurs pays asiatiques.

© CC0 / PIXABAY Le «Monsieur Covid» suédois s’exprime sur sa stratégie sans masque et sans confinement

Cette stratégie «de suppression de la circulation virale» implique des mesures «fortes et précoces» dès que le seuil de 5.000 contaminations par jour est atteint. D’après les spécialistes, elle constitue «la meilleure garantie du maintien de l’activité économique».

Adhésion des citoyens

Un autre point est souligné par le Conseil scientifique: associer les citoyens aux décisions. «Il est essentiel que l’on commence à penser à d’autres modalités de vivre avec le Covid sur le long terme et que les choix puissent s’appuyer sur une vision issue de la société civile et non pas seulement sur les orientations données par les experts pour éclairer les décisions des autorités».

Pour ce faire, il recommande la création d’un «Comité de liaison citoyen», mesure qu’il a «demandée à plusieurs reprises». Il s’inquiète également de la partie des citoyens français qui «mettent en doute la logique, la cohérence, ou la portée» des mesures de restriction.

«Les enjeux sociétaux et éthiques, ayant de fortes implications pour différentes catégories de la population, doivent faire l’objet de réflexions et de discussions, même si elles peuvent être difficiles et sources de tensions», conclut cette partie de la note.

Dans la même catégorie