APS LANCEMENT D’UNE CELLULE D’ÉTUDES ET DE RÉFLEXION AU SERVICE DE MÉDINA BAYE AGP Gabon/Koulamoutou: La SBL en soutien aux agriculteurs locaux AGP Gabon: Le bilan et les performances de la Comilog et Setrag présentés à Ali Bongo Ondimba AGP Gabon: La hiérarchie du PDG imprégnée des opportunités de la décentralisation GNA Film Classification Committee to safeguard the public interest in content viewership GNA Fishmongers to receive small loans under Coastal Development Authority ANGOP Covid-19: Angola chega a 5.114 infecções APS RELANCE DE L’ÉCONOMIE : AMADOU HOTT EXPOSE LES ENJEUX ET DÉFIS DU PAP2A

Inter : Le Parlement égyptien approuve une possible intervention en Libye


  21 Juillet      6        Monde (357),

   

Abidjan, 21 juil 2020 (AIP)- Les députés égyptiens ont approuvé, lundi 20 juillet 2020, une possible intervention armée en Libye si les forces du gouvernement de Tripoli, soutenues par la Turquie, continuent leur avancée vers l’est du pays.

Le président Sissi a prévenu que l’Egypte ne resterait pas « inerte » face à une « menace directe » sur sa sécurité nationale. La Chambre a approuvé à l’unanimité l’envoi d’éléments de l’armée égyptienne dans des missions de combat hors des frontières de l’Etat égyptien, pour défendre la sécurité nationale, selon un communiqué du Parlement.

Si le Parlement ne cite pas directement la« Libye », les débats eux portaient bien sur ce pays voisin, les députés ayant discuté des « menaces auxquelles fait face l’Etat » à l’ouest, où l’Egypte partage une frontière poreuse en plein désert avec la Libye en guerre.

Le vote, qui s’est tenu à huis clos, intervient au lendemain d’une rencontre entre le président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, avec le Conseil de la défense nationale qui comprend le président du Parlement, le ministre de la défense, le ministre des affaires étrangères et des commandants de l’armée.

La Libye, qui dispose des réserves de pétrole les plus abondantes d’Afrique, est déchirée par une lutte d’influence entre deux pouvoirs rivaux. Il s’agit du gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par l’ONU et basé à Tripoli, et le maréchal Khalifa Haftar, qui règne sur l’Est et une partie du sud du pays.

Le premier est soutenu par la Turquie, qui a des militaires sur place, et le second par l’Egypte voisine, les Emirats arabes unis et la Russie, rappelle-t-on.

(AIP)

Dans la même catégorie