AIP Côte d’Ivoire – AIP/ Des élèves de M’Bahiakro s’engagent pour l’amélioration de leurs résultats APS VERS L’ÉRECTION D’UN CENTRE DE CARRIÈRES PILOTE À DIAMNIADIO APS L’EMPLOYABILITÉ DES JEUNES DIPLÔMÉS, UN SUJET PRIMORDIAL POUR L’AUF (RECTEUR) APS LE DG DE LA FONCTION PUBLIQUE SALUE LE TRAVAIL DES COMMISSIONS ADMINISTRATIVES PARITAIRES GNA COVID-19: Five more deaths, active cases now 3,613 MAP Gabon : 89 candidats pour les sénatoriales, prévues les 30 janvier et 6 février APS LE CHAN 2020 REFLÈTE UNE BONNE PRÉPARATION ATHLÉTIQUE DES ÉQUIPES, SELON UN TECHNICIEN APS L’OM DÉDIE UNE SEMAINE À SES SUPPORTEURS EN AFRIQUE APS LE LYCÉE MAME CHEIKH MBAYE DE TAMBACOUNDA RÉNOVÉ ET ÉQUIPÉ PAR LA FONDATION SONATEL APS UN PROTOCOLE D’ACCORD POUR LA RÉALISATION DE L’ÉTUDE SUR LA STRATÉGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DE LA PLATEFORME PORTUAIRE

/Inter/ Les gouvernements du monde entier exhortés à faire de leur priorité l’élimination des violences faites aux femmes


  26 Novembre      14        Société (27727),

   

Abidjan, 26 nov 2020 (AIP)- Dans son message pour la Journée internationale de lutte contre les violences faites au femmes, mercredi 25 novembre 2020,  le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a souligné la nécessité de donner la priorité au leadership des femmes dans la recherche de solutions et d’impliquer davantage d’hommes dans la lutte, rapporte le site d’information des nations unies (onu.info).

« La communauté mondiale doit entendre les voix et les expériences des femmes et des filles et prendre en compte leurs besoins, en particulier ceux des survivantes et de celles qui sont confrontées à des formes multiples et croisées de discrimination », a-t-il déclaré. Il a réitéré l’appel qu’il avait lancé en avril, lorsqu’il a exhorté la communauté internationale à œuvrer pour mettre fin à la « pandémie fantôme » de la violence sexiste.

Le chef de l’ONU a souligné que l’action visant à mettre fin à la violence contre les femmes nécessitait un financement prévisible et flexible pour les organisations de défense des droits des femmes, qui agissent si souvent en tant que premiers intervenants dans les pays du monde entier.

« Il est essentiel que les services destinés aux survivants de la violence restent ouverts, avec des ressources et des mesures adéquates en place pour soutenir les réponses sanitaires, sociales et judiciaires », a-t-il fait valoir.

Le chef de l’ONU a fait remarquer que ces mesures ne devraient pas se concentrer uniquement sur les interventions une fois que la violence contre les femmes s’est produite, mais qu’elles devraient s’efforcer de « prévenir la violence au départ », notamment en s’attaquant aux forces culturelles et aux normes sociétales qui créent des déséquilibres de pouvoir.

Les systèmes policiers et judiciaires doivent également devenir plus responsables, afin de s’assurer que les auteurs de violences n’agissent pas en toute impunité. « En cette journée internationale, redoublons d’efforts pour éradiquer à jamais la violence sexiste », a déclaré M. Guterres.

(AIP)

sdaf/cmas

Dans la même catégorie