MAP Le Nigeria signale 22 cas mortels de diphtérie depuis décembre 2022 MAP Nouakchott abrite fin février le Forum économique maroco-mauritanien MAP Côte d’Ivoire-Maroc : Une coopération excellente et une symbiose absolument parfaite entre les diplomaties des deux pays (diplomate) MAP Coupe Davis/Groupe Mondial II : Le Maroc affronte la Côte d’Ivoire les 4 et 5 février à Abidjan MAP Le Pape François condamne de « cruelles atrocités » en RDC « qui couvrent l’humanité de honte » ACP Kibali Gold Mine paie 1,2 milliard USD des taxes et redevances en 2022 ACP La RDC et le Congo Brazzaville pour la valorisation de leurs patrimoines touristiques ACP Classement « Transparency International » : la RDC gagne trois points dans la lutte anticorruption ACP La chine conserve la place du premier investisseur étranger en RDC ANP Niger : Une délégation de ministres Néerlandais au Cabinet du Président de la République

Inter/Le déclin de l’intelligence humaine prédit par des chercheurs


  24 Décembre      32        Science (484),

   

Abidjan, 24 déc (AIP)- L’augmentation des concentrations de gaz carbonique dans l’atmosphère risque d’affecter les capacités cognitives humaines. Telle est la conclusion tirée par une équipe de chercheurs américains. Selon les résultats de leur étude, les capacités intellectuelles connaîtraient une baisse allant de 25% à 50% d’ici 2100.

Des chercheurs de l’Université du Colorado à Boulder, de la Colorado School of Public Health et de l’Université de Pennsylvanie ont trouvé des preuves qu’une augmentation des concentrations de dioxyde de carbone dans l’atmosphère risquait d’affecter les capacités cognitives de l’homme, rapporte le site Phys.org.

Les chercheurs ont examiné l’impact de l’augmentation des niveaux de CO2 sur l’apprentissage en classe. Des expériences précédentes avaient démontré qu’une concentration élevée de dioxyde de carbone affectait les capacités mentales. Le problème pouvait néanmoins être facilement résolu en ouvrant les fenêtres pour laisser entrer un peu d’air frais. Cependant, l’effet de l’air frais avec une grande quantité de CO2 n’était alors pas connu.

Résultats de deux scenarios

© CC0 / PIXOURCE / USINE Le niveau de CO2 dans l’atmosphère bat un record depuis 800.000 ans

Les spécialistes ont envisagé deux scénarios. Dans le premier, l’humanité réduit la quantité de gaz à effet de serre émise dans l’atmosphère. Dans le second, les émissions restent inchangées. Il s’est avéré que les capacités cognitives des étudiants étaient réduites dans les deux cas, bien que selon les conclusions des chercheurs, dans le meilleur des cas, la baisse des capacités intellectuelles serait de 25%, contre 50% dans le pire des cas d’ici 2100.

Dans la même catégorie