NAN Minimum wage: Nigerians react to disparity between federal, state workers NAN 29 governorship candidates sign peace accord in Kano AIB Burkina/Putsch 2015 : «Je n’ai jamais été l’envoyé du général Diendéré» (Sergent-chef Roger Koussoubé) AIB Burkina : une association demande la suppression des cotisations APE GNA Nana Bosoma central market turns « Sodom and Gomorrah » GNA Management of Ankobra Beach resort clears Ankobra river bank GNA Vice President Bawumia attends World Economic Forum GNA GSAand Nestlé Ghana Ltd sign strategic partnership agreement AGP Mamou: suspension et report de la mise en place du conseil communal de Ouré-Kaba suite à un malentendu entre élus du RPG AGP Ville de Conakry: la journée de participation citoyenne  » Conakry Ville Propre » aura lieu le samedi 26 janvier 2019

Invité à la mise en œuvre effective d’une stratégie de réforme de la pêche et de l’aquaculture de l’UA


Dakar,9 mars 2016 -(APS) – Les femmes africaines exerçant dans le secteur de la pêche ont appelé, mardi à Nouakchott (Mauritanie), les Etats-membres de l’Union africaine (UA) à mettre en œuvre le cadre politique et de stratégie de réforme de la pêche et de l’aquaculture adopté par les Chefs d’Etats et de gouvernement en juin 2014 à Malabo, en Guinée Equatoriale.

Cette invite a été lancée au cours d’une cérémonie commémorant la journée internationale des femmes membres de la Confédération africaine des organisations professionnelles de la pêche (CAOPA), appuyée par l’UA à travers son bureau interafricain des ressources animales (BIRA-UA).

La rencontre s’est tenue à la plage du quai de pêche de la commune de Tvrazeina, dans la capitale mauritanienne, en présence des autorités administratives, politiques et coutumières ainsi que des acteurs locaux de la pêche regroupés au sein de la fédération nationale des pêches (FNP),

Dans une déclaration lue en arabe, anglais, portugais et français et remise au conseiller technique du ministre mauritanien des Pêches et de l’Economie maritime, Mouhamadine Abdi Fall, ces femmes du secteur de la pêche africaine ont indiqué vouloir participer « pleinement » dans le développement économique et social de l’Afrique.

Elles ont également souhaité une prise en compte de la pêche artisanale dans toute politique de développement et la mise en place d’infrastructures génératrices de bien-être, particulièrement l’électricité, de l’eau, des hôpitaux, des écoles, etc.

Ces femmes majoritairement mareyeuses et transformatrices de produits halieutiques ont appelé à avoir « un accès facilité » aux formations à la gestion, à l’entreprenariat et à la valorisation de leurs produits, afin d’améliorer leurs revenus et leurs conditions d’existence.

« Nous, femmes des communautés de pêche, piliers de la cellule familiale ayant en charge l’éducation des enfants et la gestion du ménage, sommes présentes à toutes les étapes de la filière pêche artisanale, de la préparation au financement des sorties de pêche, en passant par la réception, le traitement du poisson, de la commercialisation et de transformation », ont-elles déclaré.

Les femmes s’activant dans le secteur de la pêche Elles ont rappelé le « rôle clé » qu’elles jouent pour la sécurité alimentaire et la nutrition, ainsi que dans l’éradication de la pauvreté et le développement.

En outre, ont-elles soutenu, « nous appuyons la requête introduite par la CAOPA auprès de l’UA, lui demandant de dédier une +Année africaine de la pêche artisanale+ ».

ADE/PON

Dans la même catégorie