NAN Minimum wage: Nigerians react to disparity between federal, state workers NAN 29 governorship candidates sign peace accord in Kano AIB Burkina/Putsch 2015 : «Je n’ai jamais été l’envoyé du général Diendéré» (Sergent-chef Roger Koussoubé) AIB Burkina : une association demande la suppression des cotisations APE GNA Nana Bosoma central market turns « Sodom and Gomorrah » GNA Management of Ankobra Beach resort clears Ankobra river bank GNA Vice President Bawumia attends World Economic Forum GNA GSAand Nestlé Ghana Ltd sign strategic partnership agreement AGP Mamou: suspension et report de la mise en place du conseil communal de Ouré-Kaba suite à un malentendu entre élus du RPG AGP Ville de Conakry: la journée de participation citoyenne  » Conakry Ville Propre » aura lieu le samedi 26 janvier 2019

JIF 2018: Des femmes rurales plaident pour la mécanisation de leurs activités agricoles à Dimbokro


Abidjan, 07 mars (AIP) – En prélude à la journée internationale de la femme (JIF) qui sera célébrée le 8 mars, des femmes du milieu rural ont confié, lors d’une rencontre avec l’AIP, mardi dans des villages de Dimbokro, leur souhait de voir leurs activités agricoles mécanisées en vue d’accroître leur productivité pour une plus grande autonomisation et une participation plus accrue au développement du pays.

« Si nos activités agricoles notamment le labour pouvaient être un peu mécanisées, je crois que nous participerions effectivement et franchement au développement de ce pays », a déclaré la présidente du groupement des femmes agricultrices du village d’Ahua, Adou N’gondo Kouadio. Elle a affirmé attendre beaucoup du gouvernement et des ONG et des partenaires dans ce sens.

Pour cette institutrice à la retraite qui préside aux destinées de ce groupement d’une trentaine de femmes créé en 2014, les femmes rurales n’arrivent pas à donner la pleine mesure de leurs capacités, faute de force et de moyens suffisants. « Depuis quatre ans que nous existons, nous n’avons que 4,5 ha de plantation de manioc. Je ne demande pas qu’on donne de l’argent et même si c’était le cas, nous rembourserons. Je demande qu’on nous donne les moyens nécessaires pour faire notre travail », a ajouté Mme N’gondo Kouadio.

A Tangoumassou, un village situé à une dizaine de kilomètres de Dimbokro, dame Cécile N’guessan Kouamé, a appelé cette aide de tous ses vœux. «Nous les femmes rurales, nous voulons aussi faire partie de l’émergence. S’il y avait des tracteurs pour nous aider à défricher, nous ferons l’effort d’entretenir le champ pour augmenter notre production et avoir les moyens de subvenir à nos besoins », a-t-elle souligné. Elle a relevé le rôle des femmes rurales dans l’éducation des enfants, l’alimentation et le maintient de l’équilibre familiale.

Pour l’heure, en dépit des profondes inégalités entre hommes et femmes dont elles sont l’objet, les femmes rurales continuent de labourer les terres et planter les semences pour nourrir le pays. La Journée internationale de la femme 2018 a pour thème, «Inclusion financière et autonomisation de la femme et de la jeune fille en milieu rural », rappelle-t-on.

ik/fmo

Dans la même catégorie