GNA Fertilizer can be used for other nefarious activities – Police GNA Ghana’s petroleum revenue must be utilized judiciously – PIAC GNA KPMG Appoints New Senior Partner ATOP REMISE OFFICIELLE DES INFRASTRUCTURES MARCHANDES AU MARCHE PREFECTORAL D’ELAVAGNON ANP BEPC 2019 Maradi : 32.523 candidats se sont lancés pour les épreuves ANP Le Président de la République reçoit l’ancien Chef d’Etat béninois Soglo ANP Niger : La loi réprimant la cybercriminalité adoptée au parlement GNA NADMO disburses GH814,000.00 to support June 3rd disaster victims GNA Stratcomm launches 7th Edition of Ghana Garden and Flower Show GNA Tema Kwasea Dwaso traders appeal for more time

JIF 2018: Des femmes rurales plaident pour la mécanisation de leurs activités agricoles à Dimbokro


Abidjan, 07 mars (AIP) – En prélude à la journée internationale de la femme (JIF) qui sera célébrée le 8 mars, des femmes du milieu rural ont confié, lors d’une rencontre avec l’AIP, mardi dans des villages de Dimbokro, leur souhait de voir leurs activités agricoles mécanisées en vue d’accroître leur productivité pour une plus grande autonomisation et une participation plus accrue au développement du pays.

« Si nos activités agricoles notamment le labour pouvaient être un peu mécanisées, je crois que nous participerions effectivement et franchement au développement de ce pays », a déclaré la présidente du groupement des femmes agricultrices du village d’Ahua, Adou N’gondo Kouadio. Elle a affirmé attendre beaucoup du gouvernement et des ONG et des partenaires dans ce sens.

Pour cette institutrice à la retraite qui préside aux destinées de ce groupement d’une trentaine de femmes créé en 2014, les femmes rurales n’arrivent pas à donner la pleine mesure de leurs capacités, faute de force et de moyens suffisants. « Depuis quatre ans que nous existons, nous n’avons que 4,5 ha de plantation de manioc. Je ne demande pas qu’on donne de l’argent et même si c’était le cas, nous rembourserons. Je demande qu’on nous donne les moyens nécessaires pour faire notre travail », a ajouté Mme N’gondo Kouadio.

A Tangoumassou, un village situé à une dizaine de kilomètres de Dimbokro, dame Cécile N’guessan Kouamé, a appelé cette aide de tous ses vœux. «Nous les femmes rurales, nous voulons aussi faire partie de l’émergence. S’il y avait des tracteurs pour nous aider à défricher, nous ferons l’effort d’entretenir le champ pour augmenter notre production et avoir les moyens de subvenir à nos besoins », a-t-elle souligné. Elle a relevé le rôle des femmes rurales dans l’éducation des enfants, l’alimentation et le maintient de l’équilibre familiale.

Pour l’heure, en dépit des profondes inégalités entre hommes et femmes dont elles sont l’objet, les femmes rurales continuent de labourer les terres et planter les semences pour nourrir le pays. La Journée internationale de la femme 2018 a pour thème, «Inclusion financière et autonomisation de la femme et de la jeune fille en milieu rural », rappelle-t-on.

ik/fmo

Dans la même catégorie