Angop CAN2019: Angola among the 24 qualified teams ANGOP Ex-CEO of Angolan Sovereign Fund released from jail Inforpress Governo quer fazer de Santo Antão “ilha pioneira” e líder em turismo responsável – vice-primeiro-ministro MAP Le numérique permet à l’Afrique de progresser dans des domaines à forte croissance et rentabilité (M. Hilale) Inforpress Cidade da Praia acolhe esta terça-feira e por três dias II Fórum Africano de Saúde AIP Côte d’Ivoire/Le président de la MURENO affiche sa volonté d’éliminer la pauvreté et la faim à Noé AIP « Les Sofas du RHDP » de l’Indénié-Djuablin se préparent en vue des batailles électorales de 2020 Inforpress Futebol/CAN’2019: Rui Águas desiludido com empate caseiro e não qualificação da selecção nacional Inforpress CPLP cria Fundo de Solidariedade para apoiar Moçambique MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique Bulletin

JIF 2018: Des femmes rurales plaident pour la mécanisation de leurs activités agricoles à Dimbokro


Abidjan, 07 mars (AIP) – En prélude à la journée internationale de la femme (JIF) qui sera célébrée le 8 mars, des femmes du milieu rural ont confié, lors d’une rencontre avec l’AIP, mardi dans des villages de Dimbokro, leur souhait de voir leurs activités agricoles mécanisées en vue d’accroître leur productivité pour une plus grande autonomisation et une participation plus accrue au développement du pays.

« Si nos activités agricoles notamment le labour pouvaient être un peu mécanisées, je crois que nous participerions effectivement et franchement au développement de ce pays », a déclaré la présidente du groupement des femmes agricultrices du village d’Ahua, Adou N’gondo Kouadio. Elle a affirmé attendre beaucoup du gouvernement et des ONG et des partenaires dans ce sens.

Pour cette institutrice à la retraite qui préside aux destinées de ce groupement d’une trentaine de femmes créé en 2014, les femmes rurales n’arrivent pas à donner la pleine mesure de leurs capacités, faute de force et de moyens suffisants. « Depuis quatre ans que nous existons, nous n’avons que 4,5 ha de plantation de manioc. Je ne demande pas qu’on donne de l’argent et même si c’était le cas, nous rembourserons. Je demande qu’on nous donne les moyens nécessaires pour faire notre travail », a ajouté Mme N’gondo Kouadio.

A Tangoumassou, un village situé à une dizaine de kilomètres de Dimbokro, dame Cécile N’guessan Kouamé, a appelé cette aide de tous ses vœux. «Nous les femmes rurales, nous voulons aussi faire partie de l’émergence. S’il y avait des tracteurs pour nous aider à défricher, nous ferons l’effort d’entretenir le champ pour augmenter notre production et avoir les moyens de subvenir à nos besoins », a-t-elle souligné. Elle a relevé le rôle des femmes rurales dans l’éducation des enfants, l’alimentation et le maintient de l’équilibre familiale.

Pour l’heure, en dépit des profondes inégalités entre hommes et femmes dont elles sont l’objet, les femmes rurales continuent de labourer les terres et planter les semences pour nourrir le pays. La Journée internationale de la femme 2018 a pour thème, «Inclusion financière et autonomisation de la femme et de la jeune fille en milieu rural », rappelle-t-on.

ik/fmo

Dans la même catégorie