GNA MTN Ghana identifies with Ghana’s Heritage GNA STMA fails to meet revenue mobilization target GNA Four organisations donate towards Farmers’ Day GNA President Akufo-Addo promises a bridge over Oti River GNA Police Management Board and EC commiserate with Rawlings GNA Install metered fuel dispenser to address premix fuel challenges-ACEP GNA GOIL steps up public education campaign on products GNA GSS inaugurates committees to assess food security and vulnerability GNA President Akufo-Addo commissions Krachi-Banda road APS DES AGROPOLES POUR DÉCONCENTRER LE TISSU INDUSTRIEL

JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FILLE : DES PRIX D’EXCELLENCE A 50 MEILLEURES FILLES AU BEPC 2020


  9 Octobre      38        Evénements (455),

   

Lomé, 9 oct. (ATOP) – Des prix d’excellence ont été décernés à 50 meilleures filles de l’examen du Brevet d’étude du premier cycle (BEPC) de 2020 de l’Inspection des enseignements primaire et secondaire Golfe-est de la région Lomé-commune, dans le cadre de la 9ème Journée internationale de la fille, commémorée, ce vendredi 9 octobre à Lomé, par anticipation. Cette manifestation a été organisée par le ministère de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation.
Les lauréates ont obtenu des moyennes comprises entre 19,88 et 17,75. Elles ont reçu chacune une enveloppe de 50.000F CFA et des cadeaux de l’ONG Plan international Togo. La première, Mlle Benissan Dédé Grâcia, avec une moyenne de 19,88 a, en outre, bénéficié d’un prix spécial, composé d’un ordinateur portable, offert toujours par l’ONG Plan international Togo.
La célébration de cette journée a été également marquée par un sketch et des témoignages sur les avantages du choix des séries scientifiques par les filles. Ces activités ont permis d’attirer l’attention de l’assistance, composée des partenaires, des autorités administratives, civiles et traditionnelles ainsi que des parents des lauréates, sur la nécessité de soutenir les filles à opter pour lesdites filières.
La journée internationale de la fille, célébrée chaque 11 octobre, est placée cette année sous le thème « Ma voix, l’égalité pour notre avenir ». L’objectif est d’attirer l’attention de tous les acteurs, surtout celle des gouvernants, sur le respect des droits des filles et sur les discriminations et inégalités dont les filles sont victimes. Il s’agit aussi de renouveler les plaidoyers en faveur des filles et lancer les appels pour des actions ciblées qui contribuent à leur épanouissement et à la lutte contre les discriminations et les oppressions dont elles sont victimes dans le monde.
Selon la ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, Mme Adjovi Lolonyo Apedoh Anakoma, malgré les avancées encourageantes constatées dans l’effectif des filles aux niveaux primaire, secondaire et dans les filières scientifiques, des défis persistent. En outre, on relève que bien que davantage de filles réussissent avec des mentions honorables aux différents examens, les filles sont encore loin, derrière les performances des garçons, a-t-elle ajouté.

La ministre a souligné que « le thème de cette journée met en évidence la nécessité d’investir davantage dans la réalisation du potentiel des filles durant leur adolescence si nous voulons leur donner l’occasion de développer en elles la capacité de changer le monde, en devenant des citoyennes accomplies, de grands cadres, entrepreneures, mentors, dirigeantes politiques et chefs de famille ». Ce thème, dit-elle, est en lien avec le Plan national de développement (PND) à travers lequel, le gouvernement entend « poursuivre la promotion de l’équité et de l’égalité de genre, l’autonomisation des femmes et leurs participations effectives à la prise de décision à tous les niveaux du processus de développement ». D’après la ministre, il est également en lien avec les points 4, 5 et 8 des Objectifs du développement durable (ODD) relatifs respectivement à l’éducation inclusive et de qualité, à l’égalité de genre et l’autonomisation de toutes les femmes et filles ; puis au plein emploi productif et au travail décent pour tous.
La ministre a rappelé que les filles et les femmes représentent plus de la moitié de la population mondiale, mais c’est parmi elles que l’on enregistre les niveaux les plus bas de scolarisation, les taux les plus élevés d’analphabétisme et de violences basées sur le genre, autant de facteurs qui ne favorisent ni leur épanouissement, ni leur autonomisation. Elle a fait cas des actions menées par le gouvernement togolais pour corriger cette situation, entre autres, l’institution de mesures temporaires en faveur de la fille ; l’organisation des sessions de coaching-orientation des filles vers des séries industrielles ; le renforcement de l’arsenal juridique, les actions visant le changement de comportement en faveur des droits des filles et des femmes et l’érection du Certificat de fin d’apprentissage (CFA) en diplôme d’Etat.
Des sensibilisations autour du thème seront organisées dans tout le pays. L’objectif est de susciter davantage chez les filles, l’esprit d’innovation et de créativité, le désir d’exceller et l’affirmation de soi.

Dans la même catégorie