LINA ‘Augment Education Budget From US$42m To US$45m’ – Official Tells Lawmakers LINA Police Say Rep. Gray Off The Hook In Shai-Town Bar Assault Probe LINA Partners, MFDP Sign Land Administration Pilot Project LINA Pres. Weah Extols Iceland On National Day Observance MAP Le Moussem de Tan-Tan ouvre une fenêtre sur la richesse et la diversité de la culture du désert (M. Laaraj) MAP Le Maroc est prêt à ouvrir une nouvelle page de coopération avec le Salvador (M. Bourita) MAP Le Salvador se met du côté du reste du monde en retirant sa reconnaissance de la pseudo « RASD » (Président salvadorien) LINA Court Grants 5 CBL Former Officials Surety Bond LINA CDC Chairman Want Partisans Vote Opposition Out LINA Police Caution Frontpage Africa Newspaper, Other Media Outlets

Journée internationale de l’écrivain africain


  20 Novembre      64        Arts & Cultures (2539), Culture (2105), Livres (302),

   

Brazzaville, 19 nov 2016 (ACI) – La communauté culturelle de Pointe-Noire a célébré en différé dans la ville océane, la journée internationale de l’écrivain africain, en rendant hommage à l’écrivain congolais, M. Maxime N’débéka pour la richesse de ses œuvres, son militantisme couplé au caractère incisif et imagé de ses écrits.

L’objet de cette journée commémorée désormais en Afrique le 7 novembre de chaque année, dont l’édition 2016 a été placée sous le patronage du préfet Alexandre Honoré Paka, est de rendre hommage aux écrivains qui, à travers leurs œuvres, jouent encore un rôle de premier plan dans le développement intellectuel et l’épanouissement culturel.

Cet événement culturel initié par le directeur départemental du livre et de la lecture publique de Pointe-Noire, M .Alphonse N’kala a été marqué par les interventions d’éminents écrivains tels que André Patient Bokiba, Dieudonné MoukouamouMouendo,  Bienvenu Boudimbou, MukalaKadima-Nzuji et Omer Masoumou qui ont fait des évocations sur la qualité de l’œuvre de l’écrivain.

Auteur de sept recueils de poèmes et autres ouvrages littéraires, N’débéka traite les thèmes éternels(l’amour, la vie, la mort), mais aussi ceux liés à l’actualité socio-historique de l’Afrique et du Congo, à travers lesquels il dénonce les violences aveugles qui déchirent les sociétés contemporaines.

La chronologie des œuvres de M. Ndébéka est édifiante et s’harmonise avec le thème choisi : «Paix et Sécurité : Le rôle de l’écrivain africain». De 1970 à 1994, il a écrit entre autres «LE PRESIDENT», «PAROLES INSONORES», «LES LENDEMAINS QUI CHANTENT» et beaucoup d’autres ouvrages qualifiés de révolutionnaires, douloureux  ou saisissants et qui expriment, suivant les époques de parution, l’assurance ou l’incertitude de la vie politique en Afrique.

L’auteur dessine un parcours poétique basé sur une modernité toujours actuelle, de soleil «SOLEIL NEUF» (1969) aux «PAROLES INSONORES» (1994). Il situe ses œuvres dans une exigence de modernité, dans un contexte congolais ouvert.

Né à Brazzaville  en 1944,électronicien de formation et ancien militaire, Maxime N’débéka a, grâce à son engagement littéraire actif, occupé de hautes fonctions  administratives et politiques. Il a été ministre de la culture et des arts dans les années 1990. Mais, à cause de ce même engagement militant, il est condamné à mort pour complot politique en 1972 et fait la prison.

Initiée en 1989 par l’association des écrivains sénégalais, la première édition de la journée internationale de l’écrivain africain a eu lieu au Congo à Loango en 2012, avec à l’honneur l’écrivain Tchitchelle Tchivela. (ACI)

Dans la même catégorie