GNA FDA launches ‘operation consumer-one officer’ campaign AGP CEEAC: Ali Bongo Ondimba passera le flambeau à Denis Sassou Nguesso ce vendredi à Libreville GNA The Mastercard Foundation supports CAMFED to launch e-learning assets APS LES DÉPUTÉS PLANCHENT SUR LA LFI 2021 EN PLÉNIÈRE APS MAMADOU TANDJA SERA INHUMÉ DANS SON VILLAGE NATAL APS TOURNOI U20 : LE COACH MALIEN DE LA MAURITANIE RACONTE SON MATCH CONTRE SON PAYS D’ORIGINE APS LA BAD VEUT ACCROÎTRE LA PERFORMANCE DE SON PORTEFEUILLE AU SÉNÉGAL AIP /Inter/ Les gouvernements du monde entier exhortés à faire de leur priorité l’élimination des violences faites aux femmes AIP Un leader communautaire appelle les populations de Bouaflé à préserver la paix AIP Les cours toujours pertubés à Daoukro malgré les appels à la reprise

Journée internationale des Droits de l’enfant: Conjuguer les efforts pour garantir les droits des enfants au Gabon


  19 Novembre      10        Société (25240),

   

Libreville, 19 Novembre (AGP) – À l’instar de la communauté internationale, le Gabon célèbre, ce vendredi 20 novembre 2020, la «Journée internationale des Droits de l’Enfant» sous le thème : «Réinventer un monde où tous les enfants comptent». Pour la circonstance, le ministre de la Justice (…), Erlyne Antonela Ndembet-Damas, a prononcé un discours invitant toutes les parties prenantes à réunir les efforts pour une réelle garantie des droits de l’enfant.

« Au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant, dans ce contexte de rentrée scolaire 2020, le Gouvernement, déterminé à mettre en œuvre les très hautes instructions du président de la République, pour qui la garantie des droits et l’amélioration des conditions de vie des enfants au Gabon constituent l’une des priorités, s’est engagé à infléchir le phénomène de violences en milieu scolaire en prenant des mesures idoines conformément à l’esprit du Code de l’enfant. Parmi ces mesures on peut notamment citer l’élaboration d’un manuel national des procédures de lutte contre les violences en milieu scolaire et la mise en place d’un «centre d’appel gratuit 1412 » pour assistance aux enfants victimes de violences multiformes au Gabon. Ces mesures permettent, sans nul doute, de rendre plus sécurisant l’environnement scolaire du Gabon », a déclaré le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, dans son discours circonstanciel.

Par ailleurs, elle a souligné qu’en droite ligne du thème choisi cette année par l’ONU, le Gouvernement de la République a décidé d’inscrire l’ensemble des manifestations liées à cette journée sur le thème : «Le renforcement de la protection des droits des enfants les plus vulnérables en moment de crise : une responsabilité collective».

Erlyne Antonela Ndembet-Damas a exhorté l’ensemble des parents et des acteurs du système national de protection de l’enfant à doubler de vigilance et à faire preuve de plus d’abnégation dans la garantie de leurs droits, face à la crise sanitaire actuelle.

Toutefois, en matière de respect des droits de l’enfant, elle a affirmé que le Gouvernement, sur les très hautes instructions du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, a toujours œuvré à assurer le mieux-être des enfants et à respecter ses engagements internationaux en la matière.

« Par divers mécanismes et grâce à divers instruments, les pouvoirs publics ont mené des actions fortes en vue d’épargner les enfants vivant sur notre territoire des affres causés par les facteurs socio-économiques, par les catastrophes naturelles ou encore par la faim et les handicaps. De même, la politique du Gouvernement a toujours consisté à accorder à l’enfant un régime spécial de protection, même lorsque celui-ci se trouve en conflit avec la loi », a-t-elle fait savoir.

Aussi, le membre du gouvernement a-t-elle reconnu qu’en dépit des efforts inlassables fournis par le Gouvernement, avec l’aide de ses partenaires, notamment l’Unicef dont l’implication est souvent décisive et bénéfique pour les enfants, des efforts restent à faire sur la situation des droits de l’enfant au Gabon.

Selon la Garde des Sceaux, cela s’explique aussi par le fait que de nombreux parents n’assument pas toujours leurs responsabilités en ce domaine. « C’est donc ici l’occasion de rappeler à tous que, plus que l’Etat, chaque parent est tenu de plusieurs devoirs envers son enfant. C’est d’abord à chacun de nous de le protéger et de veiller à sa sécurité, sa santé et sa moralité; d’assumer son éducation et de permettre son développement dans le respect dû à sa personne », a-t-elle conseillé.

Elle a aussi annoncé que les acteurs du système national de protection de l’enfant vont effectuer, à la suite de l’ouverture officielle du centre d’appel gratuit 1412 pour enfants en détresse, une campagne d’information et sensibilisation à l’endroit des chefs de quartiers des communes de Libreville, Owendo et Akanda du 30 novembre au 8 décembre 2020 et qui devrait ensuite se poursuivre à l’intérieur du pays.

Pour Mme Ndembet-Damas, l’objectif de cette campagne consiste à faire connaître les missions du centre d’appel, qui consistent, entre autres, à faciliter la dénonciation des violences faites aux enfants et à orienter les victimes vers les acteurs de prise en charge.

De même, le Gouvernement affirme sa participation effective aux activités prévues par le Comité Africain d’Experts des Droits et du Bien-Être de l’Enfant (CAEDBE), qui se dérouleront, du 23 novembre au 4 décembre 2020, dans le cadre de la commémoration du 30ème anniversaire de la Charte Africaine des Droits et du Bien-Être de l’Enfant.

Dans la même catégorie